Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Satellites

La Chine a lancé son premier satellite astronomique

Poster de la mission. © CAST

Lancé par une Longue Marche 4B en compagnie de trois petits satellites d'observation de la Terre, le télescope à rayons X chinois HXMT doit observer durant quatre ans les trous noirs, les pulsars et les sursauts gamma.

Ce 15 juin à 3 heures UTC (11 heures, heure locale), la Chine a procédé au lancement d'une fusée Longue Marche 4B (CZ 4) depuis la base de Jiuquan, en Mongolie intérieure. Il a permis la mise sur une orbite basse (550 km d'altitude, inclinée de 43°) du premier satellite d'astronomie chinois : le télescope HXMT, surnommé Huiyan (Aperçu, en chinois).

D'une masse de 2,8 tonnes au décollage, HXMT (Hard X-ray Modulation Telescope) est un observatoire à rayons X équipé de trois détecteurs, couvrant une large bande d'énergie, de 1 à 250 keV : un détecteur à haute énergie (HE, pour high energy), un détecteur à énergie moyenne (ME, pour medium energy) et un détecteur à basse énergie (LE, pour low energy). Ils doivent, durant quatre ans, aider les scientifiques à mieux comprendre l'évolution des trous noirs, leurs forts champs magnétiques, ainsi que l'intérieur des pulsars. Ils permettront également d'étudier la manière d'utiliser les pulsars pour la navigation de vaisseaux spatiaux et rechercher des sursauts gamma liés aux ondes gravitationnelles.

 

Participation italienne.

En développement depuis 2000 et repoussé à plusieurs reprises, HXMT a proposé en 1993 par l'Institut chinois de la physique des hautes énergies de l'Académie des sciences chinoise (IHEP). Il a été réalisé en coopération avec l'Université de Tsinghua, à Pékin, l'Académie chinoise de technologie spatiale (CAST) fournissant une plateforme identique à celle des satellites d'observation de la Terre Ziyuan 2 (lancés entre 2000 et 2004), et l'Université de Ferrare en Italie participant aux calibrations au sol des instruments sur son site d'essais Larix (LARge Italian X-ray facility).

 

Co-passagers.

Trois petits satellites de télédétection ont également été mis à poste à l'occasion du lancement de HXMT : Zhuhai 1-01 et 02, deux prototypes d'imageurs vidéo de 50 kg chacun, de la société chinoise Zhuhai Orbital Control Engineering (qui prépare une constellation de dix imageurs Orbita), et ÑuSat 3/Milanesat, un imageur de 37 kg de la société argentino-uruguayenne Satellogic (qui déploie depuis mai 2016 la constellation Aleph 1).

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.