Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Avion de combat Actualité Défense

La Belgique fixe les contours de son armée d'ici 2030, réduite à 34 avions de combat

En 2018, la Belgique fera le choix du remplaçant de ses F-16. Un choix serré entre la France et les Etats-Unis. © Ministère de la Défense - SIRPA AIR

Trente-quatre avions de combat, six drones - dont le type reste à choisir - deux frégates, six chasseurs de mines et des véhicules pour les unités terrestres, le tout à acquérir d'ici 2030 pour un montant de 9,2 milliards d'euros. Tel est le cadeau de Noël que le gouvernement de coalition belge a fait fin décembre, après des mois de palabres, à ses forces armées.
   
Le comité ministériel restreint, qui rassemble les principaux ministres, a fini par approuver le "plan stratégique" à quinze ans présenté par le ministre de la Défense, le nationaliste flamand Steven Vandeput. Mais dans une version rabotée par rapport au projet initial, puisque le pourcentage des dépenses militaires rapporté au PIB ne sera que d'environ 1,3 en fin de période. Contre 1,6% dans la version la plus ambitieuse de départ et alors que l'Otan insiste de plus en plus sur la norme des 2% pour ses Etats-membres, à atteindre vers 2024.
   
Les 9,2 milliards d'euros d'investissements serviront à l'achat de 34 chasseurs-bombardiers - pour succéder aux 56 F-16 vieillissants actuellement en service -, de deux frégates (destinées à remplacer les deux bâtiments rachetés d'occasion aux Pays-Bas au début des années 2000), six chasseurs de mines - un nombre identique à la flotte actuelle - et six drones, dont deux en 2021 et quatre en 2030. Aucun choix de matériel n'a encore été fait.
   
La Défense va aussi étudier la participation à un programme d'avions ravitailleurs - une des grandes lacunes des armées européennes - et examiner des options pour la flotte d'"avions blancs" (pour le transport de passagers), en raison du retrait prévu du service du dernier Mystère 20 fin 2016 et de l'unique Falcon 900 en 2018, tout comme pour la mission de recherche et de sauvetage ("Search and Rescue", SAR) actuellement assurée par les vieux hélicoptères Sea King et les nouveaux NH90 au départ de la base aérienne de Coxyde.
   
Ces investissements se feront toutefois au detriment des effectifs, puisque le nombre total de militaires et civils employés par la Défense belge passera de 32.000 actuellement à 25.000 en 2030.
   
M. Vandeput va maintenant, en coopération avec l'état-major de la Défense, établir dans les prochains mois un "plan directeur" de mesures à exécuter au cours de l'actuelle législature, qui doit se terminer en 2019. 
   
Nous allons entamer plusieurs procédures d'appel d'offres afin de concrétiser den contrats les décisions du gouvernement", a indiqué le ministre.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.