Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Sciences

L'Europe peut déjà fêter la satellisation de TGO autour de Mars

La salle de contrôle de la mission ExoMars à l'Esoc. © Pierre-François Mouriaux/Air & Cosmos

Schiaparelli, le petit atterrisseur de l'ESA, s'est-il correctement posée sur Mars mercredi 19 octobre après-midi ? Il n'est pas encore possible de le confirmer. En attendant, l'Europe peut se réjouir de la mise sur orbite de la sonde TGO.

Ce fut une longue et éprouvante journée aujourd'hui au centre de contrôle Esoc de l'Agence spatiale européenne à Darmstadt, en Allemagne. Le module TGO (Trace Gas Orbiter) et l'atterrisseur EDM (Entry, Descent and Landing Demonstrator Module) « Schiaparelli » de la mission européano-russe ExoMars vivaient aujourd'hui leur heure de vérité. Construits sous la maîtrise d'oeuvre de Thales Alenia Space, ils avaient été lancés il y a sept mois depuis Baïkonour et s'étaient séparés dimanche, à 916 000 km de la surface de Mars. TGO devait d'abord s'insérer sur orbite à partir de 15h05 (heure française), allumant son moteur de 424 N durant 139 minutes, et consommant 13 t d'ergols ; Schiaparelli devait ensuite pénétrer dans l'atmosphère de la planète à 16h42, et se poser à la surface de la planète six minutes plus tard -les fameuses six minutes de terreur.

Guettant toute l'après-midi les signaux de TGO, par l'intermédiaire des sondes Mars Express, Mars Reconnaissance Orbiter et Maven, déjà sur orbite autour de Mars, ou via les radiotélescopes indiens GMRT de Pune, les ingénieurs de l'Esoc n'ont pu annoncer qu'à 20h30 sa mise à poste réussie, ainsi que le bon état général de ses équipements : « Nous avons une mission autour de Mars » a déclaré, extrêmement ému, le directeur de vol (français) Michel Denis. Destinée à détecter les traces de gaz depuis l’orbite martienne, la sonde évolue désormais sur une orbite de quatre jours autour de la planète rouge, comme prévu. L'événement intervient presque treize ans après la mise à poste de la première sonde martienne européenne, Mars Express.

Prochain rendez-vous jeudi matin.

Aucune information en revanche n'a pu être fournie au sujet de l'atterrisseur Schiaparelli. Son réveil s'est bien produit, quelques instants avant le grand plongeon, confirmé par les GMRT indiens. La descente a également bien eu lieu, mais aucun signal ne permet encore de savoir si l'atterrissage est un succès. A 206 millions de km de la Terre, les ondes radio mettent 9 minutes et 45 secondes à nous parvenir. « On croise les doigts » a déclaré Jan Woerner, le directeur général de l'ESA, qui donne rendez-vous demain jeudi à 10 heures pour de nouvelles informations.

A Darmstadt, Pierre-François Mouriaux

 

 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.