Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense

L'armée de l'Air au coeur de l'exercice Atlantic Trident

F-22 et Rafale sont associés dans le cadre d'Atlantic Trident © Emmanuel Huberdeau

Six Rafale, un A400M, dix Alpha Jet, près de 200 personnels de l'armée de l'Air, la base de Langley en Virginie (Etats-Unis) a des accents français ces jours-ci. Cette infrastructure qui abrite le "First Fighter Wing", la plus grande unité de F-22 de l'US Air Force, accueille du 10 au 28 avril 2017 l'exercice Atlantic Trident auquel participe également la Royal Air Force. Par ailleurs, aujourd'hui, la Patrouille de France est arrivée accompagnée par un A400M.

Atlantic Trident est  le fruit d'un partenariat stratégique mis en place entre les forces aériennes américaine, française et britannique. L'objectif est de se préparer à opérer en coalition dans un environnement aérien plus contesté que celui qui est actuellement rencontré en Afrique ou au Moyen Orient. Lancé l'an dernier Atlantic Trident (Alors baptisé TEI) se focalise en particulier sur la coopération entre les appareils dit de cinquième génération de l'US Air Force (F-22 et F-35) et ceux de quatrième génération européens  (Rafale et Typhoon). Un AWACS de l'US Air Force appuie également les forces alliées. Les différents acteurs dialoguent et mettent au point des tactiques afin de tirer le meilleur de chaque type d'appareil. Cette année pour la première fois, le F-35 est engagé au côté du Rafale et du Typhoon. Des F-15E et des T-38 jouent les forces ennemies. 

Les exercices se focalisent essentiellement sur la défense aérienne. Lors de la première semaine, consacrée à la montée en puissance de chaque acteur, les différents appareils engagés se sont affrontés dans des scénarios de combat à vue en un contre un. Le F-35 n'a pas été impliqué dans cette phase. Dans un deuxième temps, des scénarios plus complexes ont été joués. F-22, F-35, Rafale et Typhoon ont été engagés dans des combats hors de portée visuelle avec pour objectif la défense d'une zone d'exclusion ou alors la protéction de raids amis dans une zone ennemie. 

Selon les pilotes français, ces exercices sont très bénéfiques. Ils permettent de travailler avec les appareils de cinquième génération qui ne sont pas présents lors des grands exercices de l'OTAN. Les scénarios permettent aussi d'évaluer les tactiques imaginées et de voir comment les pilotes de chaque nation réagissent face aux mêmes problèmes. 

Américains, britanniques et français ont l'habitude de participer aux mêmes opérations, au Levant par exemple. Mais ils n'opèrent souvent pas depuis les mêmes bases, Atlantic Trident permet aux équipages de se rencontrer chaque jours pour partager leurs expériences. Les débriefings sont d'ailleurs plus long que d'habitude. Les rencontres informelles permettent aussi d'échanger sur le vécu opérationnel de chacun. 

La Patrouille de France est arrivée aujourd'hui (20 avril) afin de réaliser une démonstration en vol le vendredi 21 Avril, journée "VIP" de l'exercice auquel participe les hautes autorités militaires des trois alliés. La "PAF" est accompagnée d'un A400M qui réalise son soutien. L'appareil embarque 25 tonnes de matériel. Il transporte notamment deux moteurs de rechange pour Alpha Jet et un banc hydraulique. Il transporte aussi entre chaque étape les équipes accompagnant la "PAF", une soixantaine de personnes. L'A400M est également utilisé pour les prises de vue en vol. Il continuera de suivre la Patrouille de France jusqu'à son retour en France, via l'Antlantique Nord, début mai.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir
  1. Bruno BEC
    le 21/04/17 à 07h51

    vous avez oublié de citer nos amis du ravitaillement en vol, sauf erreur 2 C-135 français ont également fait le déplacement à Langley pour l'exercice Trident

  2. François Domerc
    le 18/05/17 à 06h31

    Le rafale proie facile ?


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.