Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aviation Civile Actualité Avions commerciaux Actualité Constructeurs

L'Airbus A350-1000 bon pour le service actif

Certifié par l'EASA, l'Airbus A350-1000 n'attend plus que celle de la FAA. © Airbus

Désormais certifié par l'Agence européenne de la sécurité aérienne et la FAA, l'Airbus A350-1000 est désormais prêt pour l'entrée en service commercial. La première livraison au client est toujours programmée d'ici à la fin 2017.

Au terme d'une campagne d'essais qui aura duré moins d'un an, l'Airbus A350-1000 a reçu sa double certification de type ce 21 novembre 2017 de la part de l'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) et de la FAA, les autorités américaines de l'aviation civile. Le premier Airbus A350-1000 d'essai avait réalisé son premier vol, le 24 novembre 2016. Le "timing" annoncé par Christophe Cail, chef pilote d'essai chez Airbus, ce jour là, a donc été tenu (cf. A&C n° 2525). Un motif de satisfaction pour Alain de Zotti, ingénieur en chef programme Airbus A350XWB. La livraison à Qatar Airways d'ici à la fin de cette année est donc toujours dans les tuyaux. Propulsés par leurs moteurs Rolls-Royce Trent XWB-97, les trois Airbus A350-1000 d'essai auront accumulé plus de 1 600 heures de vol dont les 150 heures accumulées par l'exemplaire dédié aux vols d'endurance et aux essais de compatibilité aéroportuaire. Ne reste plus qu'à réaliser les essais "par vent de travers permissible" pour reprendre les propos de Alain de Zotti qui poursuit : "il faut trouver les aéroports propices à ce type d'essai. Mais, nous serons dans les temps pour la livraison au premier client d'ici à la fin de cette année".

Pour autant, les bureaux d'études d'Airbus ne vont pas en rester là. Les équipes vont continuer à travailler sur des améliorations progressives de l'A350-1000 et de son "petit frère", l'A350-900. "Au tournant de la décennie, nous serons en capacité de proposer une amélioration globale de la famille à la fois en terme de capacité et de distance franchissable", souligne Alain de Zotti qui poursuit : "le programme d'essai en vol de l'A350-1000 a démontré que cet appareil avait des marges supplémentaires en terme de distance franchissable".

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.