Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Industrie Actualité Actu RH Actualité Emploi Actualité Carrières Actualité Formation

Ingénieurs : comment se faire embaucher chez MBDA

Le missilier européen MBDA va continuer à embaucher plus de 500 personnes en 2017, dont près de la moitié d'ingénieurs. © MBDA

MBDA : quatre lettres, un sigle assez discret, en dépit de son volume de recrutements dans les mois à venir. Le missilier européen est en peine pour recruter des ingénieurs, au point d'envisager des itinéraires "bis".

Avril 2016. MBDA apparaît, pour la première fois, dans le classement d'Universum. Depuis plus de 25 ans, ce cabinet est spécialisé dans la mesure de la notoriété des entreprises. D'après la livraison de cette année, MBDA gagne en visibilité auprès des ingénieurs.

Le missilier européen, née de la fusion de Matra Défense, du britannique BAE Dynamics, de l'anglo-italien Alenia Marconi et des activités missiles allemandes de l'ex-EADS, se paie même le luxe de faire une entrée fracassante, directement à la 58ème place sur... 164. Une nouvelle qui tombe à point nommé pour cette entreprise européenne, discrète, qui cherche à recruter tous azimuts. Des ingénieurs, mais pas que !

Des effectifs en hausse de 5 %

De 2,9 Md€ en 2015, le chiffre d'affaires de MBDA devrait atteindre le cap des 5 Md€ d'ici cinq ans, boosté par les commandes engrangées par l'avion de combat Dassault Rafale. Résultat : 550 recrutements en contrat à durée indéterminée (CDI) étaient au programme de 2016 en France, soit une progression des effectifs de 5%, centrés en Ile-de-France et dans le Centre.

Et la tendance devrait être tout aussi bonne en 2017. Grosso modo, 240 postes concernent les ingénieurs (logiciel, production, mécanique, électronique, aérodynamique,...). "Le marché est en tension", constate Philippe Barillot, directeur des ressources humaines France. "La France ne forme pas assez d'ingénieurs pour répondre aux besoins des entreprises. La concurrence est grande sur nos spécialités", souligne-t-il.

Et MBDA s'expose à une autre difficulté. "Nous ne pouvons beaucoup en dire, ni même montrer", reconnaît Philippe Barillot qui poursuit : "Cela ne facilite pas la communication. Impossible de faire voler nos missiles au Salon du Bourget !".

Un produit pas comme les autres

"Par le passé, la technologie de pointe était mise en avant dans notre communication, mais notre discours a un peu évolué", souligne encore Philippe Barillot qui ajoute : "Nous travaillons pour l'industrie de défense. Devenir l'un de nos collaborateurs implique d'en avoir conscience. Ce n'est pas neutre".

Aussi, la procédure de recrutement ne porte-t-elle pas uniquement sur les compétences techniques. Sans l'habilitation de la Direction générale de l'armement (DGA), qui s'appuie sur une enquête portant sur l'environnement familial, point de salut. Les collaborateurs sont amenés à rencontrer des militaires engagés sur des théâtres d'opération. L'esprit d'équipe est une valeur appréciée chez MBDA.

La montée en compétence

Sans surprise, le stage constitue un tremplin vers l'emploi. La formation in situ est incontournable sur ces spécialités particulières, non enseignées dans les écoles, à savoir la pyrotechnie, le guidage ou bien encore le pilotage... Mais le vivier de quelque 200 stagiaires n'est pas suffisant.

Aussi, MBDA s'apprête-t-elle à lancer, en accord avec le CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), une politique interne de montée en compétences à destination des techniciens dotés d'un BTS, d'un DUT voire d'une licence professionnelle. "Pas besoin de se déplacer, les cours vont vers nos jeunes recrues", souligne Philippe Barillot.

Mise en place prévue en 2017. Quel que soit le niveau d'entrée, l'ouverture à l'international est un atout pour cette entreprise européenne intégrée, dont les équipes comptent des Italiens, des Anglais ou bien encore des Allemands. C'est aussi autant d'opportunités de carrière à l'étranger.

MBDA en chiffres

- près de 10 000 collaborateurs

- plus de 500 recrutements en France

- 2,9 Md€ de chiffre d'affaires

- un carnet de commandes de 15,1 Md€

 

 

 

 

 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.