Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Hausse de 10% du bugdet annuel du Cnes

Entrée du siège du Cnes à Paris © Yann Minh

Le budget 2017 du Centre national d'études spatiales bénéficie d'une hausse conséquente. Le rapport budget civil sur nombre d'habitants place la France au deuxième rang mondial des puissances spatiales.

« Une croissance à deux chiffres n'est pas l'apanage des pays émergents », s'est réjouit le président du Cnes, Jean-Yves Le Gall, annonçant le 11 janvier son budget pour 2017 : 2,334 Md€, contre 2,119 Md€ en 2016, soit une augmentation de 10%. Pour mémoire, le budget 2015 du Cnes était de 2,126 Md€, et celui de 2014 de 2,127 Md€. Jean-Yves Le Gall, pour sa part, avait pris ses fonctions au Cnes en avril 2013.

Sur ces 2,3 Md€, 833 M€ représentent la contribution française à l’Agence spatiale européenne, et 728 M€ au programme spatial national. 91 M€ proviennent du Programme d’Investissements d’Avenir, et 682 M€ des ressources propres du Cnes.

En 2017, le Cnes poursuivra ses investissements dans cinq principaux domaines : les lanceurs, les sciences, l’observation de la Terre, les satellites de télécommunication et la défense.

1 500 nouveaux emplois en 2016.

L'augmentation du budget du Cnes témoigne, selon ce dernier, « de la très haute confiance que lui font les autorités françaises et de leur volonté forte de voir la France continuer à faire la course en tête en Europe. »

La France consacre ainsi 35 € par an et par habitant pour ses activités spatiales civiles, conservant son deuxième rang mondial, derrière les Etats-Unis (50 €) et devant l'Allemagne (20 €).

En 2016, la filière a permis la création de 1 500 nouveaux emplois spécifiques en France. Elle représente au total près de 16 000 postes et génère quelques 3 Md€ de chiffre d'affaires.

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.