Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Vols habités

« FX0ISS, me recevez-vous ? »

Environ 300 jeunes de Rueil-Malmaison assistaient à ce onzième contact ARISS effectué par Thomas Pesquet depuis le début de la mission Proxima. © Pierre-François Mouriaux/Air & Cosmos

Ce matin, grâce au radioclub F6KFA de Rueil-Malmaison, vingt enfants ont pu dialoguer avec l'astronaute français Thomas Pesquet, en direct depuis l'espace. Le contact, tardif mais parfait, a duré environ huit minutes.

« Foxtrot X-ray zéro India Sierra Sierra - FX0ISS, ici Foxtrot Six Kilo Foxtrot Alpha - F6KFA qui vous appelle, me recevez-vous ? Over. »
...


« Foxtrot X-ray zéro India Sierra Sierra - FX0ISS, ici Foxtrot Six Kilo Foxtrot Alpha - F6KFA qui vous appelle, me recevez-vous ? Over. »
...

C'est dans un gymnase bondé, mais respectant un silence total, que devait débuter ce 1er mars, à 9h04 (heure de Paris), un nouvel échange radioamateur entre Thomas Pesquet, à bord de la Station spatiale internationale, et des élèves français, cette fois-ci rassemblés à Rueil-Malmaison, dans les Hauts de Seine. Ce n'est qu'au bout de deux interminables minutes, et après huit appels radio, que la voix de l'astronaute français a retenti à travers les hauts-parleurs, claire et forte : « Foxtrot Six Kilo Fox Alpha, ici FX0ISS, je vous reçois. Over. » Un dialogue de huit minutes pouvait débuter, vingt enfants se succédant au pas de course pour poser leurs questions au micro, préalablement envoyées à la station. Chacun a bénéficié d'une réponse courte et claire, Thomas Pesquet nommant à chaque fois son jeune interlocuteur et faisant parfois un peu d'humour.
Il faut dire que l'astronaute (indicatif américain : KG5FYG) est désormais rompu à l'exercice, ce contact constituant le onzième depuis le début de la mission Proxima, en novembre dernier. Pour le radioclub de Rueil-Malmaison (indicatif : F6KFA) non plus, il ne s'agissait pas d'une première, trois contacts avec l'ISS ayant déjà été réalisés depuis douze ans : Leroy Chiao (en janvier 2005), Léopold Eyharts (en février 2008) et Samantha Cristoforetti (en mars 2015).

Trois établissements scolaires mobilisés.
Pour ce nouvel échange,
le dépôt de candidature auprès de l'ARISS (Amateur Radio on International Space Station), l'organisation internationale qui gère les demandes de contact radioamateur avec l'ISS, avait été effectué en avril 2016, et l'accord obtenu en septembre suivant. Condition sine qua non pour participer au programme, trois établissements scolaires ont dès lors été mobilisés : les écoles Albert Camus et Robespierre, et le collège Marcel Pagnol. Durant plusieurs mois, les classes ont réalisé des projets pédagogiques, en relation avec le Cnes et l'ESA, exposé leurs travaux à la médiathèque de la ville, à l'occasion d'une exposition « Rueil-Malmaison sur orbite » qui s'est tenue du 20 janvier au 25 février, et préparé les questions pour l'astronaute. Celles-ci ont donc pu être directement posées par vingt jeunes différents, visiblement peu impressionnés, sans qu'ils aient besoin de posséder une licence radioamateur. Alors que celle-ci était indispensable en France jusqu'en 2015, une dérogation a été depuis été décidée, dans le cadre de ces échanges pédagogiques. Pour le plus grand plaisir de Romain, Tigwenn, Emilie, Lisa, Baptiste, Anaïs, Loraine, Mathéo, Roxane, Emma, Lina, Julian, Jean-Baptiste, Naël, Simon, Merissa, Chiara, Maxime, Juan et Abdelaziz.
Le contact du 1er mars a ainsi réuni près de 300 élèves, qui ont également profité de la présence de Michel Tognini, ancien astronaute français et ancien chef du corps des astronautes européens. L'événement était retransmis en direct sur Internet.

Une petite prouesse technique.
Une répétition générale avait eu lieu quelques heures auparavant, à 7h27, et avait permis de rattraper un décalage de 2 minutes par rapport aux prédictions. Les liaisons étaient assurées en VHF, sur la bande traditionnellement dédiée au radioamateurisme, 145 MHz. Du fait du déplacement rapide de la station (8 km/seconde), deux changements de fréquence du Doppler s'imposaient, au bout de 4 puis de 6 minutes de liaison. Celle-ci s'est déroulée à la perfection, malgré le coup de stress provoqué par les premiers appels restés sans réponse -du fait, probablement, que l'astronaute n'était pas branché sur le bon canal au départ. C'est la station radioamateur russe qui a été utilisée, dans le module de service Zvezda, le matériel disponible à bord du laboratoire Columbus étant tombé en panne avant le début de la mission Proxima.

A suivre : la Guyane.
Chaque année, ce sont environ 80 initiatives de ce type qui sont gérées par l'ARISS. Depuis le début de l'occupation permanente de la station, 1 116 contacts ont eu lieu à travers le monde (parfois agrémentés d'une liaison vidéo), dont 370 en Europe et 38 en France. Thomas Pesquet effectuait donc son onzième contact ce matin, et devrait renouveler l'expérience encore neuf fois d'ici la fin de son vol. Le prochain devrait concerner la Guyane, les 25 ou 26 mars.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.