Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Drones

Eurosatory 2014 : Thales prépare son Watchkeeper pour la France

Le Watchkeeper fait l'objet d'une commande de 54 exemplaires par l'armée britannique. © Thales

Si la DGA n'a pas encore lancé son appel d'offre pour des drones tactiques en remplacement des actuels SDTI (Système de Drone Tactique Intérimaire), trois industriels se préparent d'ores et déjà à y répondre. Ainsi, en parallèle du Shadow M2 d'Airbus Defence and Space et du Patroller de Sagem, Thales avance son drone tactique "Watchkeeper".

Développé en partenariat avec l'armée britannique, le Watchkeeper s'appuie sur le "Hermes 450" de l'israélien Elbit Systems mais chez Thales, on insiste sur le fait que le drone est aujourd'hui une propriété britannique. "Le drone a complètement été reconstruit, il y a eu un transfert des technologies mais c'est une toute nouvelle plateforme" explique Pierre Eric Pommellet, directeur général adjoint en charge des systèmes de mission de défense chez Thales.

Le lieutenant colonel Craig Palmer, responsable du domaine Drones de l’armée de Terre britannique, donne les chiffres opérationnels du Watchkeeper : 150 km de portée, 16 h d'autonomie, 16000 pieds (4876 m) d'altitude maximale. Chiffres complétés par Thales avec une vitesse maximale de 150 km/h. Le drone tactique a aujourd'hui effectué près de 1000 heures de vol au cours de 635 vols. Destinés à être déployés en Afghanistan, 39 des 54 drones commandés par l'armée de terre britannique ont été livrés.

Concernant le futur appel d'offre pour remplacer les actuels SDTI français, les industriels de chez Thales sont  confiants quant à leurs chances de remplir les demandes de la DGAC. "Nous pensons que le Watchkeeper est l'outil parfait pour les armées", affirme encore Pierre Eric Pommellet. "Si la DGA le veut, elle peut le prendre tel quel, en changeant juste les fréquences et encryptages propres à chaque pays", poursuit-il.

L'industriel se prépare dès aujourd'hui à adapter le drone britannique à la France. Pour cela, il va profiter du salon Eurosatory pour présenter en détail le drone à une vingtaine de PME françaises : une dizaine déjà présentes sur la plateforme tel que "Helices Halter" qui s'occupe des hélices du Watchekeeper, mais aussi à une dizaine d'entreprises de sa chaine de fournisseurs, tel que Aquitaine Electronique, qui pourraient être amenées à travailler sur le drone tactique s'il est choisi par la DGA.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.