Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aviation Civile Actualité Espace Actualité Satellites

Europe : le ciel unique avance enfin avec Iris

Les signataires de l'accord entre l'ESA et Inmarsat. Thales est aussi dans la boucle. © ESA

En Australie, c'est le programme OneSky. En Europe, c'est le programme Iris mais sans le volet intégration avec les forces aériennes. Dans les deux cas, on retrouve Thales.

Le ciel unique européen vient de franchir une étape décisive avec la mise en place du partenariat entre l'Agence spatiale européenne (ESA), Thales Alenia Space et Inmarsat pour lancer le programme Iris d'amélioration de la gestion du trafic aérien en Europe. Système de communication par satellite, Iris est développé en collaboration étroite avec le programme SESAR lancé en 2006 par Eurocontrol et la Commission européenne. L'objectif est de mettre en place "l'échange en continu d'informations liées à la position des avions en vol et des points de cheminement. Avec cet outil, pilotes et contrôleurs aériens pourront affiner les trajectoires de vol, ce qui réduira la consommation kérosène et donc les émissions de CO2. Ce qui rappelle le programme OneSky que Thales mettra en place en Australie mais sans le volet intégration avec les Forces aériennes. "Fonctionnant sur la nouvelle plateforme SB-S d'Inmarsat" en cours de déploiement par les compagnies aériennes et basée sur protocole IP, Iris pourra "libérer la pression mise sur les liaisons radio VHF aujourd'hui saturées et en limite de capacité".

La mise ne place s'étalera sur 36 mois avec deux phases. La première finalisera le système de bout en bout, la seconde, dépendant des résultats de la première, préparera le système opérationnel dans sa version "capacité totale". C'est là qu'interviendra Thales Alenia Space avec  la charge "de la conception du segment spatial, de la feuille de route et des développements préliminaires, tout en étant un contributeur majeur à l'ingénierie du système". D'ici 2021, Iris doit offrir "des communications air-sol pour le contrôle des trajectoires de vol en 4D, localisant l'avion dans ses quatres dimensions : latitude, longitude, attitude et temporelle". Et "les communications par la voix seraient alors utilisées seulement pour des opérations spécifiques".

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.