Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aéroports Actualité Aviation Civile Actualité Compagnies aériennes Actualité transport aérien

Edo Friart (Volotea) : "Nous allons continuer de nous développer à Nantes"

Edo Friart, directeur du développement international de Volotea © Volotea

Une semaine après l'abandon du projet de nouvel aéroport nantais à Notre-Dame-des-Landes, Air&Cosmos a recueilli les réactions d'Edo Friart, directeur du développement international de la compagnie Volotea.

Comment êtes-vous impacté par la décision d'arrêt du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ?

Volotea a observé une certaine neutralité pour sa prise de position dans ce sujet épineux. Il y a eu beaucoup d’avantages et d’inconvénients sur chacune des deux options du nouvel aéroport ou de l’aéroport actuel. Bien entendu, la première conséquence de l’arrêt du projet fait que les compagnies aériennes et Volotea sont en attente d’une orientation claire sur l’amélioration des infrastructures de l’aéroport actuel, qui répondent de moins en moins bien sur des périodes régulières pendant l’année à l’accroissement du trafic, dont Volotea a pris une part très importante depuis 2012. Nous sommes aujourd’hui troisième transporteur de la plateforme, premier en terme de destinations desservies et par conséquent nous planifions nos activités aussi en partie par rapport aux capacités opérationnelles des aéroports.

Volotea dispose d'une base à Nantes-Atlantique et a pris sa part dans la croissance très dynamique de la plateforme. Allez-vous continuer à vous développer de manière aussi rapide dans les prochains mois ?

Nous sommes en croissance continuelle depuis maintenant six ans sur l’aéroport de Nantes, qui devient cette année la première de nos 12 bases en terme de volume de trafic, et nous planifions encore une belle croissance pour l’année 2018, avec +18% par rapport à 2017, soit 1,1 million de sièges offerts ! Nous apportons donc une très belle part de la croissance totale de l’aéroport, sans compter l’approche de création de marché en terme d’ouverture de nouvelles destinations, et nous sommes donc légitimement en attente d’infrastructures qui soient prévues pour cela, comme c’est le cas dans tous les autres aéroports régionaux français. Nous voulons donc continuer cette très belle histoire nantaise, mais elle ne se fera que si les conditions de confort minimum sont réunies pour nos passagers. Un critère d’ailleurs important pour Volotea et une priorité, l’approche qualitative, autant à bord grâce à nos avions spacieux ou nos équipages reconnus pour leur sympathie et leur service, qu’à l’aéroport bien entendu.

L'aéroport de Nantes Atlantique devrait pouvoir atteindre 9 millions de passagers en 2040, si les travaux d'extension démarrent suffisamment vite. Ne craignez-vous pas une saturation beaucoup plus rapide que prévue si le trafic continue à augmenter aussi vite ?

Nous espérons effectivement un éclaircissement rapide sur les objectifs et sur l’agenda, et sommes très attentifs aux chiffres qui sont et seront annoncés, avec effectivement une crainte sur une potentielle saturation après les réaménagements annoncés (comme c’est déjà le cas sur la période estivale) si le trafic continue à augmenter comme cela, car nous projetons de continuer à nous développer à Nantes. Mais c’est une industrie en constant mouvement, les prévisions à moyen ou long terme restent assez difficiles à faire ou à apprécier. Ce qui est sûr, c’est que les besoins du Grand Ouest sont très importants en terme de mobilité et de connections avec les autres régions françaises ou européennes et par conséquent on peut penser que le trafic va continuer à augmenter encore pour de nombreuses années.

Nous travaillons toutefois main dans la main avec Vinci et les équipes de l’aéroport de Nantes, des gens très professionnels et à l’écoute des compagnies, donc nous sommes confiants sur le fait que des solutions efficaces seront décidées et apportées pour le bien de leurs clients passagers en espérant que les autorités nationales respectent aussi leurs engagements pour continuer à apporter à Nantes et au Grand Ouest le rayonnement qu’ils méritent.

Envisagez-vous d'ouvrir ou d'augmenter le nombre de lignes au départ de Rennes et Brest ?

Ce sont deux autres marchés du Grand Ouest en augmentation et sur lesquels nous investissons aussi en ouvrant de nouvelles lignes. La dimension et l’attractivité de Nantes lui confère bien sûr un rôle majeur sur le Grand Ouest, mais nous nous déployons sur les autres plateformes régionales, qui ont un besoin de liaisons directes efficaces et pas chères, et notre modèle est parfaitement adapté à cela. Nous y continuerons nos développements.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.