Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Transport spatial

Dix sur dix pour SpaceX

4,5 mois séparent les deux vols du premier étage utilisé pour cette mission © SpaceX

Le 22 mai, le dixième lancement de la société californienne cette année a permis de placer sur orbite deux satellites scientifiques et cinq nouveaux éléments de la constellation Iridium Next.

Pour cette sixième mission depuis janvier 2017 dédiée au déploiement sur orbite basse de la constellation Iridium Next de la société américaine Iridium (et qui doit encore être suivie de deux lancements en 2018), le Falcon 9 de SpaceX n’emportait pas comme à l’accoutumée un lot de 10 satellites de télécommunications (de 860 kg chacun), mais seulement 5, accueillant également sous sa coiffe deux satellites scientifiques jumeaux (de 580 kg chacun) : GraceFO (Gravity Recovery and Climate Experiment Follow-On) 1 et 2.

 

Transfuge de Dnepr.

Dédiés à la mesure du champ gravitationnel terrestre et en particulier des variations de masses (fonte des glaces, changements de l'hydrologie sous-terraine...), Grace-FO 1 et 2 s’inscrivent dans la lignée des missions Grace 1 et 2, qui ont fonctionné entre 2002 et 2017. Leurs successeurs devaient initialement être embarqués en 2017 à bord du lanceur russo-ukrainien Dnepr. Mais, la crise ukrainienne signant la mort du missile intercontinental reconverti, ils sont finalement retombés dans l’escarcelle de SpaceX, comme le satellite espagnol Paz, lancé le 22 février dernier.

Grace-FO 1 et 2 ont été construits par Airbus Defence and Space pour la Nasa et le Laboratoire allemand de recherche en géosciences (GFZ). Chacun d’entre eux est équipé d’un accéléromètre électrostatique développé par l’Onera, sous contrat avec le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la Nasa.

 

Pas de récupération.

Le lancement –le dixième effectué par SpaceX cette année– est intervenu le 22 mai à 19h47 UTC depuis la base de Vandenberg, en Californie. Pour la douzième fois depuis mars 2017 et avec un temps record entre deux vols (4,5 mois), un premier étage « éprouvé » du Falcon 9 était utilisé : le B1043, qui avait servi à la mystérieuse mission Zuma, le 8 janvier dernier. S’agissant d’un Block 4, il n’a pas été récupéré, tandis que le bateau Mister Steven, lui, a tenté d’attraper dans son filet géant l’une des demi-coiffes retombant en mer ; visiblement, il s’en est de nouveau fallu de peu...

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.