Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Satellites Actualité Transport spatial

Deux satellites de télécommunications européens lancés par Ariane 5 d’ici l’été

Le lanceur lourd européen sur son pas de tir en Guyane © G. Barbaste : ESA - CNES - Arianespace / Optique Vidéo du CSG

Eutelsat et Airbus ont profité du congrès Satellite 2019 qui se tient actuellement à Washington pour annoncer les lancements prochains des satellites Eutelsat 7C et EDRS C.

Le prochain satellite géostationnaire de télécommunications européen sur le manifeste d’Arianespace devrait donc être Eutelsat 7C, le second satellite tout électrique (après Eutelsat 172B, construit par Airbus Defence and Space et lancé en juin 2017) de l’opérateur français Eutelsat, commandé en mars 2016 à Space Systems/Loral (filiale de Maxar Technologies) pour desservir les marchés d’Afrique, d’Europe, du Moyen-Orient et de la Turquie.

Les tests environnementaux du satellite se sont terminés au début du mois de février et ont été suivis des opérations de remplissage des réservoirs de xénon. Le départ d’Eutelsat 7C pour le Centre spatial guyanais est donc imminent. Il devrait être embarqué « avant la fin juin » à bord d’un lanceur Ariane 5 ECA, aux côtés du satellite américain Direct TV 16 (construit par Airbus Defence and Space).

 

Second satellite tout électrique pour Eutelsat.

Construit par Airbus Defence and Space, le satellite EDRS C sera, lui, placé le 24 juillet 2019 sur une orbite géostationnaire située à 31° Est (au-dessus de l’Europe), également à l’aide d’un lanceur Ariane 5 ECA.

Aux côtés de EDRS A, lancé en janvier 2016, EDRS C constituera le deuxième nœud du réseau EDRS (SpaceDataHighway), sorte de réseau « fibre optique » spatial d’une capacité de 1,8 gigabit/s. Depuis sa mise en service fin 2016, EDRS A retransmet quotidiennement les images de la Terre acquises par les quatre satellites d’observation Sentinel du programme Copernicus. Il a réalisé à ce jour plus 20 000 connexions laser, soit le transfert de plus de 1 pétaoctet de données (un million de milliards d’octets), avec une fiabilité de 99,5 %.

Le réseau EDRS va prochainement offrir des communications haut débit 100 % européennes pour le laboratoire Columbus de la Station spatiale internationale puis, à partir de 2021, servira également aux satellites d’observation Pléiades Neo d’Airbus.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.