Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Vols habités

Dernière apparition publique de Thomas Pesquet

Derniers bains de foule pour le très médiatique astronaute français. © P.-F. Mouriaux/Air & Cosmos

L’astronaute français, à cinq semaines de son départ pour la Station spatiale internationale, s’est prêté hier à une longue après-midi d’opérations publiques à la Cité des Sciences et de l’industrie, puis chez Twitter France.

Parrain de la 25e édition de la Fête de la Science, Thomas Pesquet a passé plus de six heures ce 7 octobre à la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette, participant à une conférence de presse et à la signature de l’accord officialisant le partenariat entre le Cnes et l’Agence spatiale européenne sur la mission Proxima, multipliant les interviewes, les séances photos et les autographes, répondant durant plus de trois heures à d’innombrables questions de plusieurs groupes de jeunes rassemblés sur l’agora de la Cité, et accueillant la Ministre de l’Education Najat Vallaud Belkacem, pour une visite des différents stands d’animation présents aux alentours. Ont également participé à cet événement Thierry Mandon (secrétaire d’Etat), Bruno Maquart (président d’Universcience), Jean-Yves Le Gall (président du Cnes) et Jan Woerner (directeur général de l’ESA).

Après ce marathon médiatique et ces bains de foule non dénués de risque de contamination en cette période de début de grippe (la campagne de vaccination débutait le même jour), l’infatigable astronaute, qui revenait pour l’occasion de Moscou où on démarré les ultimes examens pré-vol en simulateur, s’est prêté à une séance de questions-réponses depuis la Blue Room de Twitter France, enchaînant une série de petites capsules vidéo dynamiques.

La veille, l’agence russe Roskosmos confirmait que le Soyouz MS-02, immobilisé depuis le 23 septembre, serait finalement lancé le 19 octobre prochain. La mission Proxima reste donc programmée, elle, pour le 15 novembre à 23h10, heure française. D’ici là, Thomas Pesquet et son équipage vont donc terminer leurs examens à Moscou durant trois semaines, puis rejoindront le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan pour une séjour de quinze jours en quarantaine.

J-39 and still going!

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.