Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Industrie

Dassault met SABCA en vente

Le CEO de Sabca estime que la cession de son entreprise sera une opportunité. © SABCA

Est-ce la conséquence du choix par la Belgique du F-35 aux dépens du Rafale ? Dassault vient d’annoncer son intention de céder sa participation de 96,85 % dans l’industriel belge Sabca qu’elle détenait depuis 50 ans. Un mouvement qui n’est pas une surprise, un mois après avoir racheté la participation de 43,57% que Fokker Aerospace détenait dans l’entreprise et qui permettait dès lors à Dassault d’avoir les mains libres en vue d’une cession.

Depuis plusieurs années, la rumeur d’une revente revenait à intervalles réguliers et le choix par la Belgique du F-35 aux dépens du Rafale pour remplacer ses F-16 semblait sonner le glas de la présence de Dassault en Belgique. Si SABCA était entrée dans le giron de Dassault dans le cadre de l’achat par la Belgique du Mirage V, cela faisait longtemps que l’industriel belge assurait l’essentiel de son activité militaire pour Lockheed et la majeure partie de son activité civile pour Airbus. Par ailleurs, depuis plusieurs années, Dassault a choisi d’étendre son positionnement géographique aux marchés stratégiques (Asie, Moyen-Orient), ce que la Belgique n’était plus.

L’opération pourrait en outre s’avérer lucrative pour Dassault qui a mis la main sur la participation de Fokker au prix  de 7,17 euros par action (soit 7,5 millions d’euros) pour une entreprise cotée en bourse autour des 23 euros. Dassault pourrait empocher une belle plus-value d’autant que l’annonce de la mise en vente s’est accompagnée d’une autre annonce, celle du retour aux bénéfices (+5,22 millions net pour un résultat opérationnel de 10,5 millions d’euros) de SABCA qui s’accompagne également d’une forte progression de sa performance industrielle.

Présente sur 3 marchés – aéro-structure civile, maintenance militaire et espace – SABCA est dotée de nombreux métiers et dispose également d’une implantation best cost au Maroc. De quoi en faire une cible de choix dans un secteur en pleine consolidation. Le CEO de SABCA, Thibault Jongen, à qui ce redressement spectaculaire doit beaucoup, ne manifestait d’ailleurs guère d’inquiétude à l’annonce de la cession prochaine, ni pour les contrats en cours (dont le Falcon 6X), ni pour l’emploi (1000 personnes en Belgique sur les sites de Haren, Charleroi et Lumen).

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.