Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Histoire

Dassault Aviation salue la mémoire de Louis Cortot

Louis Cortot a été décoré de la Croix de la Libération par le général de Gaulle, sous l'Arc de Triomphe, le 11 novembre 1944. © Ordre national du Mérite

Dassault Aviation vient de rendre hommage à l'un de ses anciens salariés au parcours très particulier et décédé le 5 mars. Il s'agit de Louis Cortot, Compagnon de la Libération. Né le 26 mars 1925 à Sombernon en Côte d'Or, Louis Cortot s'installe avec sa famille à Saint-Cloud en 1937. Il fréquente le club d'aviation populaire de Boulogne-Billancourt.

En 1940, il est étudiant dans une école professionnelle à Suresnes et rejoint, au début de l'année 1941, la Résistance tout comme son frère aîné, Jean Cortot. En contact avec l'Organisation spéciale du Parti communiste, il réalise de nombreuses opérations de résistance avant de rejoindre les Francs-Tireurs et Partisans en janvier 1944. Il sera grièvement blessé quelques mois plus tard.

Le 11 novembre 1944, il est décoré de la Croix de la Libération par le général de Gaulle, sous l'Arc de Triomphe. Quatre ans plus tard, Louis Cortot rejoint Dassault comme ajusteur. Il est muté au département des équipements en 1961 où il s'occupe de montage sur les prototypes. Promu agent technique monteur hydraulique en 1966, puis préparateur en 1976, il prend sa retraite en 1986.

Président de l'Association nationale des anciens combattants et amis de la Résistance et membre du Conseil de l'ordre de la Libération, Louis Cortot était aussi Grand Officier de la Légion d'Honneur, Croix de Guerre 39/45, Croix du Combattant 39/45 et Croix du Combattant Volontaire de la Résistance.

Louis Cortot faisait partie de ces salariés et dirigeants de Dassault Aviation qui se sont illustrés pendant la dernière guerre : les parachutistes SAS Benno-Claude Vallières (président) et Henri Déplante (directeur général technique) mais aussi Xavier d'Iribarne, ancien de la 1ère DB et directeur général de la production; le général Paul Dassault, responsable militaire des FTP et Marcel Dassault, déporté à Buchenwald.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.