Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité accidents d'avions Actualité Aviation Civile Actualité Avions commerciaux Actualité Compagnies aériennes Actualité Constructeurs

Crash du Boeing 737 MAX de Lion Air : l'enquête peut commencer

L'analyse des "boîtes noires"du Boeing 737 MAX 8 accidenté de Lion Air donnera des indications précieuses sur les circonstances du drame. © DR

L'une des deux boîtes noires du Boeing 737 MAX 8 accidenté de Lion Air au pu être récupérée. Son analyse permettra de commencer à comprendre les circonstances d'un drame qui a a fait 189 victimes, passagers et membres d'équipage.

L'enquête sur l'accident du Boeing 737 MAX 8 de la compagnie aérienne indonésienne Lion Air qui s'est abîmé en mer seulement 13 minutes après son décollage de l'aéroport de Djakarta, lundi 29 octobre, faisant 189 victimes, peut commencer. Une des deux "boîtes noires" du Boeing 737 MAX 8 a en effet été récupérée par les plongeurs de la Marine indonésienne. "Son enveloppe est très abîmée et cela témoigne de la force de l'impact de l'avion dans la mer", a commenté le responsable indonésien en charge de l'enquête. L'analyse de la "boîte noire" permettra de commencer à comprendre les circonstances qui ont conduit au drame. Il faudra aussi pouvoir analyser la deuxième "boîte noire" pour valider, confirmer les informations données par la première. Comme tous les avions de ligne, le Boeing 737 MAX 8 de Lion Air est équipé d'une "boîte noire" enregistrant les conversations dans le cockpit et par ce biais là la teneur des échanges entre pilotes en cas de situation inattendue ainsi que d'une autre "boîtes noire" qui enregistre tous les paramètres techniques du vol sur tous les systèmes critiques de l'avion (comportement moteurs, commandes de vol, indicateurs d'altitude, de vitesse,....).

Avant que l'avion ne s'écrase en mer, le commandant de bord avait annoncé sa décision de revenir se poser sur l'aéroport de Djakarta, faisant état de problèmes techniques sans pour autant lancer un "mayday", un message de détresse. Le commandant de bord et le co-pilote avaient à leur actif un peu plus de 11 000 heures de vol. Seule une défaillance d'un ou de plusieurs systèmes critiques de l'avion peut, pour l'instant, expliquer le drame : extinction conjointe des deux moteurs CFM Leap, ce qui serait une première; panne soudaine des commandes de vol (là aussi en raison de la redondance des systèmes) ou comportement incompréhensible pour les pilotes de plusieurs indicateurs de vol (vitesse, altitude,..). Pour autant, à aucun moment, l'équipage ne s'est senti en situation très critique puisqu'il n'a pas émis de message de détresse.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.