Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Industrie Actualité Transport spatial

Coup de projecteur sur le spatial francilien

Vue aérienne des Mureaux. L'usine d'ArianeGroup ceinture l'aérodrome, grande étendue verte visible sur la gauche. © Philippe Graindorge / Ville des Mureaux

Pour son numéro spécial Ile-de-France, paru ce 18 mai, Air & Cosmos est allé à la rencontre d'ArianeGroup aux Mureaux, de son voisin Pyroalliance et de Sodern à Limeil-Brévannes.

A 40 km de la capitale, ArianeGroup assemble depuis 23 ans l’étage principal cryotechnique (EPC) du lanceur européen Ariane 5, en attendant le LLPM (Lower Liquid Propulsion Module) d’Ariane 6. Le site, qui regroupe près de 2 700 personnes et génère un chiffre d’affaires un peu inférieur à 50 M€, est présenté par Hugues Emont, son directeur, tandis que les principales étapes de l’intégration de l’EPC, qui s’étalent sur 35 semaines, sont détaillées par Marc Chevalier, responsable de l’intégration, des opérations et de la livraison d’Ariane 5. Entre gigantisme et minutie.

 

Les défis de la croissance.

Filiale d’ArianeGroup créée en 1997 et également basée aux Mureaux (Yvelines), Pyroalliance développe et produit des équipements critiques pour le spatial et la défense, ainsi que pour l’industrie chimique et nucléaire, à base de petits explosifs, actionnés à la milliseconde près. Plus de 200 personnes travaillent aujourd’hui sur le site, et la PME affiche un CA de 34 M€ en 2017, en augmentation de 30 % par rapport à 2016).

Pour Vincent Peypoudat, son PDG, deux défis sont à relever depuis que sa société a remporté le contrat pour la fourniture d’écrous de séparation pour les dispenseurs des satellites OneWeb, eux-mêmes confiés à Ruag Space-Suède : adapter l’outil industriel et recruter en parallèle.

 

Leader mondial des viseurs d'étoiles.

A Limeil-Brévannes (Val-de-Marne), Sodern, autre filiale d’ArianeGroup (360 salariés et un CA de 73 M€ en 2017), est depuis quelques années le premier fournisseur mondial de viseurs d’étoiles, ces instruments qui permettent aux satellites ou aux sondes de s'orienter précisément dans l'espace.

Placée sous les projecteurs à l’occasion du lancement le 5 mai dernier de la mission franco-américaine InSight vers Mars, dont elle a réalisé le sismomètre Seis, la « vieille » PME (créée en 1957 et aujourd’hui dirigée par Franck Poirrier) a su s’adapter au New Space, décrochant la fourniture de 1 800 pièces pour OneWeb. Cette année, elle prévoit d’ouvrir 65 postes, et a commencé dès 2017 à investir dans la construction de nouveaux bâtiments et de nouveaux espaces de production.

 

Retrouvez les reportages complets dans le n°2595 d’Air & Cosmos, en kiosque depuis le 18 mai 2018.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.