Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Missiles

Comment calmer la crise nord-coréenne ?

Le système THAAD américain peut intercepter des missiles ICBM. © Department of Defense

Alors que les tensions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord n'ont de cesse de se renforcer, le GRIP propose une solution afin de calmer le jeu et développe l'idée d'un traité sur les missiles.

Le GRIP (groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité) a publié le 13 octobre une étude sur l'enjeu de négociations avec la Corée du Nord. Si discuter avec Pyongyang est désormais une nécessité, certaines précautions sont à prendre afin, si ce n'est de rétablir les relations, d'au moins garantir la sécurité et la paix.

Avant de penser à négocier avec la Corée du Nord il faut partir d'un constat simple : Pyongyang « a fait la preuve de sa capacité à la fois continentale et nucléaire », explique le GRIP. Le pays possède les compétences et les technologies dans le domaine des missiles et représente une menace avérée. De plus, Kim Jong Un ne renoncera pas à son arsenal alors qu'il représente aujourd'hui son seul moyen de peser sur la scène internationale. Les discussions doivent donc prendre place, « le temps est venu d'instaurer un traité international sur les missiles », déclare le GRIP.

Ainsi, pour le groupe de recherche, « puisque la Corée du Nord est désormais une puissance nucléaire de facto, s'adapter à cette réalité et abandonner la demande impossible d'une « dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible » peut sembler raisonnable ». Il est nécessaire de reconnaître la Corée du Nord comme une puissance doté de capacités nucléaires et de ce fait d'accepter l'échec des sanctions internationales. Or reconnaître Pyongyang en tant que tel peut poser des problèmes internationaux et créer des tensions avec d'autres Etats. En effet, cela viendrait remettre en question le traité de non prolifération et pourrait « envoyer un mauvais signal à des pays comme l'Iran et aux futurs candidats au nucléaire militaire ».

Afin de calmer les ambitions nord-coréennes, un dialogue multilatéral est nécessaire. Pour qu'il puisse déboucher sur des résultats concluants, chacun devra faire un pas. Le GRIP suggère que l'ensemble des Etats renoncent à leurs capacités nucléaires. Ainsi, « une discussion parallèle devrait avoir lieu sur les engagements de désarmement des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unis ». Des réflexions autour d'un traité international sur les missiles devraient également être initiées. Cet accord répondrait alors à un « triple objectif : premièrement, signaler un engagement soutenu en faveur des engagements de non-prolifération dans un contexte de tensions accrues. Deuxième, renforcer les mesures de non-prolifération directement applicables à la crise nord-coréenne. Troisième et plus hypothétiquement, proposer une conditionnalité raisonnable (et supplémentaire) pour des discussions de fond avec la RPDC », détaille le GRIP.

Ce type de traité pourrait également prévenir d'autres crises internationales et stopper cette course aux armements nucléaires. Cependant, au regard du climat actuel, il y a peu de chances que les Etats du conseil de sécurité renoncent à leurs capacités nucléaires et à ce qui leur confère un avantage sur la scène internationale.

 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.