Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Industrie

Chiffre d'affaires stable mais rentabilité améliorée pour Airbus en 2017

Un Airbus C295 aux couleurs de la Philippine Air Force. © Airbus

La rentabilité d'Airbus s'est nettement améliorée en 2017 malgré un chiffre d'affaires qui est resté stable, notamment en raison du changement de périmètre de la division défense et espace.

Avec un chiffre d'affaires de 66,8 Md€ en 2017, Airbus a fait à peine mieux qu'en 2016 (66,6 Md€). Une stabilité comptable. La progression de l'activité avions commerciaux (+ 3 % à près de 51 Md€) n'a pas été suffisante pour compenser le recul des chiffres d'affaires des divisions Airbus Helicopters, Airbus Defence and Space. Cette dernière perd 1,7 Md€ en raison des "changements de périmètre mais progresse de 7 % sur une base comparable, en partie grâce aux avions militaires". Airbus Defence and Space aura vendu 22 avions de transport léger et moyen, cinq ravitailleurs A330 MRTT et enregistré la commande du Koweit pour des Eurofighter. Du côté de l'activité hélicoptères, la baisse des livraisons (409 en 2017 contre 418 en 2016) se traduit logiquement par un recul du chiffre d'affaires qui passe à 6,45 Md€.

Pour autant la rentabilité du groupe s'est améliorée par rapport à 2016 avec un EBIT reporté qui fait un bond de plus de 50 % à 3,42 Md€ malgré des ajustements négatifs totalisant 832 M€ dont 117 M€ imputables "aux frais de conformité" et surtout 1,3 Md€ de charges liées au programme A400M. Il est vrai que la plus-value nette de 604 M€ tirée de la cession de Defence Electronics a permis de réduire le poids de ces ajustements qui s'étaient élevés à 1,7 Md€ en 2016. Avec un EBIT ajusté en nette amélioration, le résultat net est multiplié par trois par rapport à 2016 pour s'élever à 2,9 Md€.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.