Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Forces armées

Charles de Gaulle : remontée en puissance du groupe aérien embarqué

Le Charles de Gaulle se consacre actuellement à la qualification des pilotes © Emmanuel Huberdeau

Le groupe aérien embarqué (GAé) est de retour à bord du Porte-avions Charles de Gaulle après un an et demi de travaux de modernisation du bâtiment.

Depuis deux semaines, Rafale, Hawkeye, Dauphin et NH90 opèrent de nouveau à bord du porte-avions Charles de Gaulle. Le groupe aérien embarqué avaient été tenu éloigné de son porte-avions depuis la fin de l’année 2017 en raison de la refonte à mi vie du Charles de Gaulle. Durant cette période le GAé n’est pas resté inactif, les entrainements et les formations ont continué à Landivisiau, la mission Chesapeake a permis de s’entrainer avec l’US Navy et des Rafale ont été déployés en Jordanie dans le cadre de l’opération Chammal. 

Mais il est nécessaire désormais de qualifier sur le Charles de Gaulle les jeunes pilotes et ceux qui ont été transformés du SEM (Super Etendard Modernisé) au Rafale. D’une part les pilotes doivent être qualifiés à l’appontage mais d’autre part ils doivent s’intégrer au fonctionnement du porte-avions. 

L’entrainement à l’appontage débute à Landivisiau avec des Appontages Simulés Sur Pistes (ASSP). Sur la piste de la base aéronavale, les pilotes reproduisent strictement les procédures appliquées en mer sous le regard des officiers d’appontage. Ceux-ci déterminent si les pilotes sont prêts à se rendre sur le porte-avions pour participer à l’école de l’aviation embarquée et se qualifier à l’appontage de jour puis de nuit. Au total en raison du chantier de modernisation, ce sont 32 pilotes qui doivent être qualifiés d’ici la fin de l’année 2019. 

La modernisation du porte-avions s’accompagne d’une évolution du GAé. Celui-ci comprend désormais deux Dauphin « Pedro » (L’Alouette III n’est plus embarquée) et un NH90. Le Caïman Marine sera employé notamment pour la surveillance et la lutte au dessus de la surface. Les « Pedro » devraient aussi voir leurs missions évoluer avec une plus grande implication dans les missions de surveillance. 

Debut 2019 le Charles de Gaulle appareillera de nouveau avec son GAé, son état major et son groupe aéronaval (Comprenant un bâtiment ravitailleur, des frégates et un sous-marin nucléaire d’attaque). Des entraînements seront réalisés pour qualifier l’ensemble du groupe aéronaval ouvrant la porte à un déploiement en mission au début du printemps 2019. 

Retrouver prochainement dans Air & Cosmos un dossier complet sur l’aéronavale.  

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.