Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Forces armées

Chammal : Bilan du déploiement du "Charles de Gaulle"

Le "Charles de Gaulle" a regagné Toulon © Emmanuel Huberdeau

Mercredi 14 décembre 2016, le porte-avions "Charles de Gaulle" et son groupe aéronaval (GAN) ont regagné leur port base de Toulon après 72 jours de mission. Pour la troisième fois, le GAN a été déployé dans le cadre de l'opération Chammal au cours d'une mission baptisée "Arromanche 3". Cette fois-ci, le "Charles de Gaulle" est resté en Méditerranée orientale. Le bâtiment a ainsi été positionné au plus proche du nord de l'Irak où se déroulent actuellement le plus fort des combats  contre Daesh (Autour de Mossoul), réduisant les temps de transit des appareils embarqués par rapport à un déploiement dans le golfe arabo-persique.

Pour son commandant, le contre amiral Olivier Lebas, le GAN a accompli sa mission qui était d'intensifier les frappes aériennes françaises contre Daesh. 80% des opérations aériennes du groupe aérien embarqué au profit de l'opération Chammal ont été réalisées en appui des troupes irakiennes et kurdes, en particulier autour de Mossoul. Quelques frappes ont également été réalisées contre des objectifs déterminés à l'avance, notamment avec des missiles Scalp. Des missions de contrôle et de commandement ont également été réalisées par les Hawkeye. Enfin les Rafale équipés du pod Reco-NG ont effectué des missions de reconnaissance. 900 dossiers d'imagerie ont été établis.

Sur les 500 sorties effectuées dans le cadre de l'opération Chammal, 70% ont eu lieu au dessus de l'Irak et 30% au dessus de la Syrie. L'amiral Lebas a fait remarquer que l'efficacité des vols ne se mesure pas au nombre de frappes effectuées. Le rythme des attaques varie grandement d'un jour à l'autre. Parfois la seule présence des appareils alliés dans le ciel irakien suffit à dissuader Daesh d'agir et à rassurer les troupes irakiennes. Les appareils de la coalition sont aussi plus prudents à présent que les combats se déroulent dans les faubourgs de Mossoul afin de limiter les risques de tirs fratricides ou les dégâts collatéraux.

Le groupe aérien embarqué a aussi réalisé de nombreuses sorties autour du porte-avions afin de contrôler son environnement avec la présence notamment de navires russes en Méditérannée orientale.

Ce déploiement a été marqué notamment par un haut degré de coopération avec les Etats-Unis. Pour la première fois, deux destroyers de l'US Navy ont été pleinement intégrés au sein du GAN. L'USS "Ross" puis le "Mason" ont été placés sous commandement français pour escorter le "Charles de Gaulle". Des vols d'avion de patrouille maritime P-8A Poseidon ont également été réalisés au profit du GAN français.

Début 2017 le "Charles de Gaulle" entrera en arrêt technique majeur pour 18 mois. Pendant ce temps là, le groupe aérien embarqué ne restera pas les bras croisés. De nombreux entrainements sont prévus dont un exercice Tiger Meet à Landivisiau. Des Rafale Marine pourraient également être déployés à terre en Jordanie ou aux Emirats Arabes Unis au côté des appareils de l'armée de l'Air.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir
  1. MAHON JEAN-CLAUDE
    le 17/12/16 à 09h08

    Il est dommage qu'il n'y ait pas un second porte-avions. "La prévision est difficile, surtout quand elle concerne l'avenir" résultat d'une politique à courte vue. Maintenant, nous sommes en culotte courte pour un moment.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.