Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Equipementiers Actualité Motoristes

Bourget 2017 : Safran Power Units fait certifier une pièce moteur fabriquée en impression 3D

François Tarel, directeur général de Safran Power Units © Agnès Baritou

L’entreprise toulousaine vient de décrocher auprès de l’EASA une certification d’un redresseur produit en fabrication additive, situé au cœur du moteur.

Spécialisé dans la conception et la production de groupes auxiliaires de puissance (APU) et de systèmes de démarrage, Safran Power Units (600 employés à Toulouse, Dallas et San Diego) dévoile au salon du Bourget une innovation majeure. « Nous avons réalisé en impression 3D un redresseur, cette pièce dans la turbine du moteur qui dirige le flux d’air, donc soumise à très haute température et absolument clé dans la performance du moteur », annonce François Tarel, directeur général. Cette pièce produite à Toulouse par fusion laser sur lit de poudre métallique SLM (selective laser melting) à base d’hastelloy X (matériau base nickel), a été  certifiée par l’EASA mi-juin. Les gains pour l’entreprise sont multiples : assemblage de quatre pièces au lieu de huit, 35% de gain de masse et un gain de temps « très significatif ».

« Ce redresseur est monté dans l’e-APU (photo), qui est intégré dans l’hélicoptère AW189, nous allons pouvoir le mettre en service. » Pour Safran Power Units, qui travaille depuis longtemps sur la fabrication additive, il s’agit d’un véritable bond en avant : « C’est la première fois qu’une pièce aussi critique au cœur du moteur est produite en impression 3D, confie François Tarel. Nous travaillons aujourd’hui sur d’autres pièces également au cœur du moteur. »

Autre sujet d’innovation pour l’entreprise toulousaine, l’avion plus électrique et les architectures hybrides. Centre d’excellence sur les piles à combustible pour le groupe Safran, Safran Power Units espère sortir d’ici deux à trois ans des applications commerciales de pile à combustible et à plus long terme, des solutions hybrides. L’entreprise pilote par ailleurs une initiative du projet Hyport de la région Occitanie, labellisé Territoire hydrogène. Objectif : développer l’utilisation des piles à combustible à bord de l’avion et au sol, sur l’aéroport. « Nous ne sommes pas seulement fournisseurs d’APU, nous sommes aussi fournisseurs d’énergie dans les avions. »

Un déploiement marqué par des efforts d’innovation, mais aussi de diversification : très ancré dans le militaire, la société se développe sur l’aviation d’affaires (certification prévue d’APU destinés au Global 7000 de Bombardier en 2017 et au Falcon 5X en 2019). « Cette évolution est importante, elle constitue une porte ouverte à plus long terme vers les avions commerciaux », conclut le directeur général.

 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.