Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Bourget 2015 Actualité Défense

Bourget 2015 : Caïman Marine, l'enjeu du soutien

Tir d'un Torpille MU90 par un NH90 NFH © Marine Nationale

Le début de l'année 2015 a été riche pour le Caïman Marine (NH90 NFH). Pour la première fois, le nouvel hélicoptère de la Marine Nationale a participé à une opération. Un appareil avait été embarqué à bord de la Frégate Chevalier Paul au sein du groupe aéronaval du porte-avions "Charles de Gaulle" déployé dans l'océan indien et le Golfe. Parallèlement, le développement des capacités suit son cours puisque la torpille MU-90 a été déclarée opérationnelle au mois de mars 2015.

NHIndustries a organisé sur le salon du Bourget une réception pour souligner ces premiers accomplissements. La montée en puissance du NH90 TTH au sein de la Marine Nationale n'a pas été un long fleuve tranquille mais l'appareil est désormais opérationnel sur tous le spectre de ses missions. Pour autant la machine n'a pas encore atteint sa pleine maturité.

Tous les senseurs fonctionnent et l'hélicoptère peut mettre en oeuvre son armement. Mais la Marine Nationale travail encore pour optimiser toutes ces capacités. Le système ESM par exemple n'est pas employé au maximum de ses capacités. Les marins travaillent également pour mieux maitriser le système de préparation et de restitution des missions. Des travaux sont également en cours pour optimiser l'utilisation des armes de sabord ou l'embarquement des tireurs d'élite. Le CEPA (Centre d'Expérimentation Pratique de l'Aéronautique Navale) se charge d'explorer ces différents domaines et d'établir la doctrine d'emploi de l'appareil.

Le Caïman Marine opérationnel, le principal enjeux concerne maintenant le maintien en condition opérationnel de l'appareil. NHIndustries affirme avoir fait de la disponibilité des appareils une priorité. Il faut que les marins puissent "voler autant qu'ils le veulent" a déclaré Vincent Dubrule, président de NHI. Pour cela il faut que moins de temps soit consacré à la maintenance et que les pièces détachées soient livrées plus rapidement. Lors du déploiement sur le Chevalier Paul, la disponibilité a été très bonne. Mais la machine déployée avait été préparée en conséquence. Les appareils restés en métropole n'ont pas bénéficié de ce "traitement de faveur" et se retrouvent régulièrement indisponibles pour des opérations de maintenance. Pour les équipes de la Marine, cette situation se traduit par une charge administrative très importante et de nombreuses heures passées à travailler sur la machine. Les mêmes types de problèmes ont été rencontrés par exemple avec le Rafale au début du programme. Il faut désormais optimiser les marges de sécurité qui ont été définies par chaque systèmes par les différents industriels.

Le Caïman est à l'image d'autres systèmes militaires modernes. La complexité des systèmes induit des délais avant d'atteindre la pleine maturité. Pour autant les équipages de l'aéronavale souligne déjà l'apport du NH90 qui présente un saut énorme par rapport au Lynx.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.