Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aviation Civile Actualité Avions commerciaux Actualité Industrie Actualité Résultats

Bombardier signe deux nouveaux contrats pour son Q400

Q400 Nok Air © Bombardier

Les chiffres sont loin d'être faramineux, mais Bombardier n'a pas les moyens de faire la fine bouche. Le constructeur canadien vient de signer coup sur coup deux contrats pour son biturbopropulseur régional Q400. Les deux transactions ont été annoncées le 31 mars.

 

La première est une conversion d'options pour deux appareils de la part de la compagnie thaïlandaise Nok Air. Le contrat initial – qui comprenait deux Q400 fermes, deux en options et des droits d'achat pour quatre autres avions – avait été finalisé en novembre 2013, lors du salon de Dubaï. Le prix catalogue pour ces deux Q400 est estimé à 63 M$. Par ailleurs, Bombardier a rappelé que Nok Air serait la première compagnie à recevoir le biturbopropulseur doté d'une nouvelle cabine monoclasse densifiée de 86 places. L'avionneur estime ainsi que les coûts d'exploitation par siège de l'appareil seront 17 % inférieurs à ceux de « son concurrent turbopropulsé le plus proche ». Autrement dit un ATR 72-600.

 

Le deuxième accord porte sur l'achat de deux Q400 fermes et quatre autres appareils en options par la compagnie hawaïenne Island Air. Pour l'instant, seule une entente d'achat a été signée. La valeur du contrat définitif est estimée à 60,9 M$ pour les deux avions fermes. Elle pourrait atteindre 188 M$ si toutes les options sont levées. Les appareils seront configurés avec un aménagement biclasse de 71 sièges.

 

Ce sont les quatrième et cinquième contrats signés cette année pour le Q400. En nombre d'appareils, ils ne représentent un total que de quinze appareils fermes – dont sept sont des conversions d'options de précédents contrats – et huit autres avions en options. La valeur de ce carnet de commande est estimée à 493 M$ pour les Q400 fermes et à 268 M$ pour les options, selon les différents prix catalogue.

 

S'il n'a rien de reluisant, ce bilan est tout de même une bonne performance pour Bombardier en comparaison avec celui de 2013. Sur l'année entière, l'avionneur de Mirabel n'a écoulé que dix-sept Q400. En 2012, ce nombre était de cinquante.

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.