Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aviation Civile Actualité Avions commerciaux Actualité Constructeurs Actualité Motoristes

Boeing NMA : CFM seul en piste

Safran et General Electric proposent des moteurs reprenant l'architecture du CFM Leap pour le futur Boeing NMA. © Safran

La décision de Rolls-Royce de se retirer de la compétition pour la motorisation du Boeing NMA laisse le champ libre aux propositions de General Electric et de Safran d'un moteur plus puissant s'appuyant sur l'architecture du CFM Leap.

Au regard du calendrier de développement de Boeing autour de son avion de "milieu de marché" ou NMA, la décision de Rolls-Royce de se retirer, faute d'avoir un moteur à proposer dans les temps impartis, laisse le champ libre aux propositions de General Electric et Safran d'une nouvelle motorisation s'appuyant sur l'architecture du CFM Leap. La décision de Rolls-Royce indique aussi que Boeing est entré dans la dernière ligne droite d'une demande d'autorisation de commercialisation des futurs avions à son conseil d'administration. "Boeing a pris du retard dans sa séquence qui doit l'amener à lancer ou non son NMA", indiquait Philippe Petitcolin, directeur général du groupe Safran, lors de la présentation des résultats pour l'année 2018. Safran Aircraft Engines est partenaire de General Electric dans la joint-venture CFM qui a développé les familles de moteurs CFM56 et CFM Leap.

"Si nous voulons rester dans l'épure donnée par Dennis Muilenburg (le président de Boeing/ndlr), il faudra que Boeing sélectionne le moteur au mois de juin prochain pour lancer son offre de commercialisation et enregistrer des pré-commandes nécessaires à un lancement", ajoutait Philippe Petitcolin. En février 2018, ce dernier indiquait que "le moteur que nous proposerons reprendra l'architecture du CFM Leap mais sera plus gros puisque la fourchette de puissance visée est de 40 000 à 45 000 lbs (livres/ndlr)", avait indiqué Philippe Petitcolin qui avait précisé que le futur moteur reprendra aussi toutes les technologies développées entre 2012 et 2016. La fourchette de poussée de l'actuelle famille CFM Leap s'établit dans les 30 000 à 35 000 livres.

Lors du dernier Salon de Farnborough, David Joyce, président de GE Aviation, avait indiqué que la version proposée "dépassait légèrement le plafond des 50 000 livres de poussée qui lie GE à Safran Aircraft Engines" mais que ce qui liait General Electric à Safran était avant tout "un certain état d'esprit qu'il est important de maintenir" (cf. Air & Cosmos n° 2604).

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.