Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Armées

Barkhane : Relève de Mirage 2000

Depuis l'été 2015, Mirage 2000 C et D collaborent dans le cadre de l'opération Barkhane. © Emmanuel Huberdeau

La semaine dernière, Air & Cosmos a embarqué à bord d'un C-135FR du groupe de ravitaillement "Bretagne" pour participer à une relève de Mirage 2000 dans le Sahel.

Tous les 4 à 6 mois les chasseurs déployés dans le cadre de l'opération Barkhane sont remplacés par des appareils venus de métropole. Les appareils éprouvés par leur déploiement dans le Sahel sont rapatriés en France pour y suivre un cycle de régénération.

Afin de se rendre en BSS, les 4 chasseurs partis de métropole sont accompagnés d'un ravitailleur en vol. Le chemin emprunté longe la côte occidentale de l'Afrique et comprend une escale technique a Dakar. Pour des questions d'autorisations de vol et pour bénéficier sur le trajet d'une infrastructure d'accueil en cas de problèmes techniques. A bord du C-135 sont d'ailleurs embarqués des mécaniciens de Nancy et d'Orange.

Depuis l'été 2015, deux types de Mirage 2000 sont déployés dans le Sahel. Le détachement basé à Niamey est composé de deux Mirage 2000D de la 3e Escadre de chasse de Nancy et de deux Mirage 2000C de l'escadron de chasse 2/5 "Ile de France" basé à Orange.

Les deux types de Mirage sont complémentaires. Les appareils sont donc le plus souvent utilisés en patrouille mixte. Si tout deux peuvent emporter des bombes à guidage laser ou GPS, seul l'appareil biplace peut être équipé d'un pod de désignation. Le Mirage 2000C présente l’avantage d'être équipé de deux canons de 30 mm, une arme qui au vu des marques peintes sur les appareils a déjà été employée à plusieurs reprises.

Les radars des deux appareils sont également complémentaires. Le radar air-air du monoplace permet à la patrouille de disposer d'une bonne vision de la situation aérienne, un atout notamment pour détecter les ravitailleurs. Le Mirage 2000D peut employer son radar de suivi de terrain pour effectuer par tout temps des passages à basse altitude. Les pilotes des deux types de machine se repartissent donc les rôles. Par exemple, durant les missions d'escorte d'un convoi les monoplaces peuvent rester au contact de la colonne tandis que les biplaces vont observer la zone à l'aide de leur nacelle.

Retrouvez prochainement notre reportage complet sur l'opération Barkhane dans la version papier de Air & Cosmos.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.