Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Industrie

Avec Ratier-Figeac, UTC Aerospace Systems ouvre sa première unité au Maroc

Ratier-Figeac Maroc © RFM A. Dunoguier

3 400 m2, c’est la superficie de l’unité d’assemblage qu’a inauguré Ratier-Figeac sur l’aéropôle de Nouaceur au Maroc le mercredi 26 septembre. RFM est une filiale à 100 % de Ratier-Figeac elle même détenue en totalité par la branche UTC Aerospace Systems (UTAS) depuis l’absorption de Goodrich par le groupe UTC.

 

La construction de l’usine a toutefois était avalisée en janvier 2011 avant que UTC porte son dévolu sur Goodrich. Ratier-Figeac qui axe ses activités en France sur trois branches de produits : les hélices, les équipements de cockpit et de cabines, les vérins de plan horizontaux (THSA) a construit cette usine en 10 mois qui a donc débuté ses activités en mars dernier.

 

Une cinquantaine d’opérateurs sont déjà à pied d’œuvre. Ils ont été formés à l’Institut des métiers de l’aéronautique (IMA) de Nouaceur et peaufinent leur formation aux tâches spécifiques qu’ils ont en charge grâce à l’encadrement d’ingénieurs de Figeac qui se relayent à Nouaceur.

 

A l’horizon 2014/2015, ce sont environ 150 personnes qui devraient être employées dans cette entreprise dont les activités sont centrées sur l’assemblage et les tests d’équipements de cockpits et de cabines à partir de pièces élémentaires approvisionnées principalement en Europe. Mais à terme, la volonté de RFM est le développement d’une « supply chain » au Maroc ce qui pourrait induire une centaine d’emplois supplémentaires.

 

L’usine, nous explique Michel Ferey, pdg de Ratier-Figeac et maintenant aussi président de UTC Propellers Systems (Figeac, Windsor Locks aux Etats-Unis et RFM au Maroc), est dimensionnée pour recevoir l’assemblage de tous les équipements actuels de la branche équipements de cockpits et de cabines, ainsi que ceux de nouveaux programmes tels que l’avion chinois C919 pour lequel l'entreprise a été retenue pour le mini manche, les manettes de gaz et les palonniers.

 

L’investissement global s’élève à 9 millions d’euros comprenant le bâtiment, la formation, les bâtis d’assemblage et les bancs d’essais.

 

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.