Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Industrie

ATR reprend pied sur le marché américain

Silver Airways exploitera à terme 20 ATR 42-600 pris en location auprès de NAC. © ATR

Après des années de disette, le constructeur franco-italien de turbopropulseurs s'apprête à engranger un nouvel opérateur aux Etats-Unis : la compagnie régionale Silver Airways.

ATR s'apprête à reprendre pied sur le marché américain après des années et des années de disette. Le constructeur franco-italien de turbopropulseurs a en effet trouvé un nouvel opérateur aux Etats-Unis pour son ATR 42-600 : la compagnie régionale Silver Airways qui relie entre elles une dizaine de villes en Floride, lesquelles villes sont également reliés à plusieurs destinations dans les Bahamas. Un réseau actuellement opéré au moyen de 22 Saab 340B, des turbopropulseurs d'une capacité de 34 sièges. Silver Airways a signé une lettre d'intention pour jusqu'à 50 ATR 42-600. Mais, dans un premier temps, les 20 premiers appareils seront pris "en location auprès de Nordic Aviation Capital (NAC)", a indiqué Christian Scherer, le président d'ATR, lors d'une rencontre avec les membres de l'AJPAE (Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace), ce mercredi 13 septembre.

Avec à la clef, un nouveau contrat pour ATR d'ici à la fin de cette année ou au début de l'année 2018 puisque que sur les 20 ATR 42-600 loués par NAC à Silver Airways, "cinq seront pris dans le portefeuille du loueur qui commandera les 15 autres exemplaires", précise le président d'ATR. Ce dernier se félicite de ce retour sur le marché américain. Mais, l'affaire n'a pas été facile. "Silver Airways est actuellement propriété d'un fonds d'investissement (Versa Capital Management basé à Philadelphie/ndlr) et il ne s'agit pas pour eux de faire du romantisme aéronautique. Pour les convaincre, il a fallu leur démontrer que l'ATR 42-600, qui a une capacité de 50 sièges, offrait les mêmes coûts opérationnels qu'un Saab 340B qui ne prend que 30 passagers. En clair, l'ATR 42-600 donne à Silver Airways 20 sièges de plus par avion sans que cela coûte à la compagnie aérienne un cent de plus", raconte Christian Scherer.

Ce dernier se félicite au passage du retour d'ATR sur les trois plus gros marchés mondiaux : les Etats-Unis avec Silver Airways, l'Inde avec IndiGo et la Chine avec les deux lettres d'intention dévoilées lors du dernier Salon du Bourget. Un marché chinois qui tarde à s'ouvrir malgré des besoins estimés de 300 à 400 appareils sur les prochaines années, voire même "beaucoup plus", selon le président d'ATR. Comme l'Inde, la Chine a besoin de désenclaver un certain nombre de ses régions et le turbopropulseur s'annonce comme le meilleur outil aérien pour cela. Sauf que les ATR 600 ne sont pas encore certifiés en Chine. Une certification qui dépend de l'issue des discussions en cours entre les autorités chinoises de l'aviation civile et l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) autour d'une réciprocité bilatérale de certification.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.