Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Forces aériennes

Armée de l'Air : Le Casa élargit son domaine d'action

Les CN235-300 de l'armée de l'Air peuvent désormais faire de l'aérolargage de matériel en opération © Armée de l'Air

Au Sahel ils sont trois. Trois avions de transport CN235 Casa de l'armée de l'Air déployés en soutien de l'opération Barkhane. Léger, peu affecté par la chaleur, l'avion est, de l'avis de ses équipages, très bien adapté à ce théâtre d'opération.

A l'image des autres appareils de transport tactiques français présents en Bande Sahélo Saharienne, le Casa est employé pour le transport de troupes et de matériel entre les différentes bases françaises réparties sur un zone grande comme l'Europe. Mais les Casa effectuent également une mission bien spécifique : l'évacuation sanitaire. Deux appareils sont constamment en alerte et peuvent décoller en une heure depuis Gao ou N'Djamena pour aller chercher et ramener des blessés graves vers les pistes en dur de Niamey ou N'Djamena ou un Falcon pourra le ou les rapatrier vers la métropole. Les "Casa Nurse" ont régulièrement étés employés depuis le début de l'opération Barkhane.

Il y a un mois, les équipages de Casa ont étendu leur domaine d'action en effectuant pour la première fois un largage de matériel au profit d'une unité de l'armée de Terre. Cette méthode est régulièrement employée pour ravitailler les convois ou les patrouilles déployées pendant plusieurs jours loin de tout relai logistique. Les C-160 Transall et les C-130 Hercules sont des habitués de ces missions. Mais pour les Casa, il s'agissait d'une première en opération. Le Casa-300 (8 appareils de ce type sont en service depuis 2012) peut larguer par gravité 3 charges de 800 kg. Le Casa-200 devrait être qualifié pour ce type de missions en 2017. Ces capacités ont été validées à l'issu d'un processus d’expérimentations puis de rédaction des procédures. Restait ensuite à qualifier les équipages.

Depuis une dizaine d'années les équipages des CN235 ont élargi leur savoir faire et ont ouvert de nouveaux domaines d'action. L'armée de l'Air prépare ainsi le retrait du progressif du service du Transall (d'ici 2023) mais compense aussi en partie la lente montée en puissance de l'A400M. Depuis cet été les Casa et les Transall sont d'ailleurs regroupés au sein de la 64e Escadre de Transport basée à Evreux, preuve de leur complémentarité.

Les équipages de Casa s'entraînent au largage de personnel à grande hauteur et sans repères visuels, ils étudient aussi la possibilité d'effectuer des largages sous oxygène. Les appareils pourraient prochainement être qualifiés pour le largage de tractes. Une capacité qui intéresse les État-major dans le cadre des conflits asymétriques où la population locale représente un enjeu majeur. Les Casa peuvent aussi être employés en tant que "element leader" (Chef d'une patrouille) de plusieurs avions durant un vol tactique. Ils ont aussi démontré leur capacité à évoluer dans une zone complexe comprenant des menaces sol-air et air-air, en combinaison avec d'autres moyens, malgré l'absence de système d'autoprotection. Lors d'un récent exercice aux Emirats Arabes Unis, pendant une semaine, un Casa a évolué face à une menace air-air représentée par des appareils alliés, F-15 ou F-16. Le petit bimoteur français n'a jamais été "abattu" !

Gage de reconnaissance, sur les 8 pilotes qui vont être envoyés aux Etats-Unis en 2017 pour être transformés sur C-130J, deux sont issus des escadrons de Casa.

Retrouvez le 16 décembre 2016 le numéro spécial "Armée de l'Air" d'Air & Cosmos chez votre marchand de journaux et sur les kiosques numériques .

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.