Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Satellites Actualité Transport spatial

Arianespace conforte sa position dominante au Japon

Horizons 3e sera monté sur une plateforme 702MP de Boeing. © Boeing Space Systems

A l'occasion de sa Semaine japonaise annuelle à Tokyo, l'opérateur de lancements annonce un nouveau contrat de lancement pour le fournisseur de télécommunications américano-japonais Horizons.

Tandis qu'une opération ville morte est organisée ce jeudi 20 avril en Guyane mais qu'une sortie de crise se dessine, Arianespace, dont l'activité est totalement paralysée depuis bientôt cinq semaines, annonce la signature d'un nouveau contrat de lancements avec Horizons, la coentreprise détenue par l'opérateur de télécommunications américain Intelsat et son homologue japonais Sky Perfect JSat. Horizons avait été fondée en 2001 par JSat Corp. et PanAmSat avant leur rachats respectifs.

Il s'agira pour Arianespace de lancer depuis le Centre spatial guyanais le troisième satellite Horizons, Horizons 3e, à l'aide d'une Ariane 5, « à partir de la fin de l’année 2018 ». Horizons 1 (Galaxy 13) avait été lancé en octobre 2003 sur Zénith, et Horizons 2 avait été confié en décembre 2007 à Ariane 5.

Construit par Boeing, d'une masse de 6,5 tonnes au décollage et destiné à la position 169° E (en remplacement du satellite Intelsat 805), Horizons 3e est un satellite HTS (High Throughput Satellite) qui complètera le réseau mondial EpicNG d’Intelsat. Grâce à ses répéteurs en bande C et en bande Ku, il offrira, selon Arianespace, « plus de 22 Gbits par seconde pour des applications de mobilité aéronautiques et maritimes allant de l’Asie et du Pacifique jusqu’en Amérique du Nord. Il permettra également de développer plus avant les réseaux spécialisés à destination des gouvernements. »

 

31 contrats en 31 ans.

Depuis l'ouverture de son bureau à Tokyo en 1986, Arianespace a signé 31 contrats pour des opérateurs japonais, soit 74% du marché des satellites géostationnaires exploités par des opérateurs nationaux et ouverts à la concurrence –un pourcentage qui monte à 100% dans le carnet de commandes actuel, dans lequel figure BSat-4a de l'opérateur B-Sat, qui sera lancé cet été. En outre, Arianespace a placé sur orbite cinq satellites construits par les industriels nippons Melco et NEC.

C'est le deuxième contrat japonais annoncé cette année, après celui signé avec Sky Perfect JSat pour le lancement de JCSat-17 en 2019 sur Ariane 5 (voir A&C n°2529).

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.