Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aviation Civile Actualité Compagnies aériennes Actualité transport aérien

Alitalia vers la liquidation ?

Les actionnaires d'Alitalia avaient indiqué qu'ils ne remettraient pas d'argent au pot en cas de rejet de l'accord. © Alitalia

La lente agonie d'Alitalia pourrait avoir une issue définitive dans les prochains mois. La majorité des salariés de la compagnie aérienne a en effet rejeté le nouveau plan de restructuration et de relance au terme d'un référendum qui a duré plusieurs jours et auquel ont participé près de 90 % des employés d'Alitalia. Le plan prévoyait la suppression de 1 700 postes supplémentaires et une baisse générale des salaires de 8 %.

Les principaux actionnaires d'Alitalia - Etihad Airways et Les Postes Italiennes ainsi que les banques italiennes UniCredit et Intesa Sanpaolo; avaient indiqué qu'il ne procèderaient pas à une nouvelle injection de capitaux en cas de rejet du plan de restructuration. De leur côté, plusieurs membres du gouvernement italien avaient prévenu les employés d'Alitalia qu'ils ne pourraient pas compter sur l'Etat pour éviter un naufrage définitif.

Le ministre italien du Développement économique, Carlo Calenda, avait souligné qu'en cas de rejet de l'accord, "il y aura seulement une très brève période d'administration extraordinaire, environ six mois, et ensuite l'accompagnement vers la liquidation de la compagnie". Le scénario de la liquidation s'annonce donc très crédible. Car, une chose est sûre : les actionnaires et notamment Etihad ne remettront pas au pot.

En 2014, la compagnie aérienne d'Abou Dhabi a déjà fait un chèque de 560 M€ pour prendre 49 % du capital d'Alitalia et 75 % de son programme de fidélisation. Les autres actionnaires avaient remis au pot 300 M€. Les créanciers avaient de leur côté accepté de restructurer la dette sur 598 M€ tandis que les banques italiennes avaient accordé de nouveaux prêts à hauteur de 300 M€. Mais, les investissements d'Etihad ne devaient pas s'arrêter là puisque l'accord, scellé en 2014 avec Alitalia, prévoyait un investissement total de 1,7 Md€ en plusieurs tranches.

Les sommes investies en 2015 et qui se sont traduites par l'ouverture ou la ré-ouverture de lignes long-courriers, associées à une nette remontée en gamme des services à bord, n'ont pas permis de récupérer du trafic tandis que les coûts d'exploitation sont restés trop élevés malgré un plan d'économies qui s'est notamment traduit par plusieurs centaines suppressions de postes.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.