Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Satellites Actualité Applications

Airbus DS construira un SES-12 à propulsion électrique

Vue d'artiste de SES-12, Eurostar E3000 EOR d'Airbus DS © Airbus DS

C'est une étape importante que vient de franchir Airbus Defence & Space en recevant sa première commande pour un satellite de télécommunications commercial à propulsion exclusivement électrique.

 

Le contrat signé avec SES, deuxième plus grand opérateur de la planète, porte sur un satellite de télécommunications SES-12 d'une masse au lancement de 5 300 kg.

 

Celui-ci sera basé sur la plateforme Eurostar 3000 EOR (Electric Orbit Rising) équipée de propulseurs plasmiques disposés par paires au bout de bras orientables qui assureront le transfert vers l'orbite géostationnaire puis le maintien à poste pendant quinze années de durée de vie.

 

La puissance affichée par SES-12 est également un record pour un satellite fabriqué en Europe : 19 kW !

 

Le recours à la propulsion électrique permettant d'économiser sur la masse au décollage, SES-12 emportera une charge utile de grande capacité, avec 68 répéteurs de forte puissance en bande Ku et huit à large bande en Ka. Sur ce total, 54 répéteurs (2 GHz) seront affectés à une couverture à large faisceau sur l'ensemble de l'Asie depuis la position orbitale à 95° Est, à la verticale de Sumatra, où il assurera la relève de NSS-6, lancé en 2002.

 

Les autres capacités (14 GHz) seront affectées à une mission de type HTS (Hight Throughput Satellite) sur 70 faisceaux fins en bande Ku et dix en bande Ka, avec réutilisation des fréquences. La répartition des capacités et de la puissance sera assurée par un processeur numérique transparent (PNT).

 

« La complexité de la mission est telle que nous n'aurions pas pu concevoir un tel satellite sans la propulsion électrique » explique-t-on chez SES. L'emploi de la propulsion chimique aurait fait passer la masse du satellite à plus de huit tonnes, ce qui n'aurait plus permis son lancement à des tarifs acceptables.

 

La mise sur orbite est prévue au dernier trimestre de 2017 sur un lanceur qui sera sélectionné ultérieurement par SES.

 

Selon le lanceur choisi, le satellite mettra de deux à quatre mois pour rejoindre son orbite définitive.

 

Airbus DS est le deuxième constructeur de classe internationale à recevoir commande d'un satellite à propulsion exclusivement électrique.

 

Jusqu'ici, Boeing Satellite Systems avait monopolisé ce segment de marché avec une commande de quatre satellites BSS-702SP (1 800 kg chacun) à lancer en 2015 pour les opérateurs Eutelsat Americas (ex-Satmex) et Asia Broadcast Satellite (ABS).

 

Un cinquième satellite de ce type aurait aussi été commandé par l'opérateur indonésien PSN (Pasifik Satelit Nusantara) mais celui-ci attendrait que Boeing ait trouvé un autre client pour partager son lancement sur Falcon 9 avant d'autoriser une annonce officielle.

 

Après la signature de SES-10 en février, SES-12 est le deuxième Eurostar signé par Airbus DS en 2014. L'objectif affiché par le constructeur est d'en engranger deux de plus d'ici la fin de l'année.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.