Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aviation Civile Actualité Compagnies aériennes Actualité transport aérien

Air Tahiti Nui a reçu son premier Boeing 787-9

Le nouveau Boeing 787-9 "Tahitian Dreamliner" d'Air Tahiti Nui à Charleston. © JBH

La compagnie polynésienne Air Tahiti Nui, qui va renouveler tout sa flotte en passant d'Airbus à Boeing, a reçu à Charleston (Caroline du Sud) au centre de livraison Boeing, le premier de ses quatre Boeing 787-9 Dreamliner.

Cela sonne déjà comme un passage de témoin. Arrivé le 9 octobre à l'aéroport de Los Angeles, sous un beau soleil, c'est le long de l'Airbus A340-300 "Bora Bora", qu'est venu se ranger au parking le tout nouveau Boeing 787-9 "Fakarava" (du nom d'un atoll de l'archipel polynésien des Tuamotu) de la compagnie Air Tahiti Nui. A bord, une poignée de privilégiés ont pu apprécier dans des conditions très spéciales le confort et les fonctionnalités du Boeing 787-9 d'Air Tahiti Nui, pendant les 4h30 qu'il a fallu pour couvrir la distance Charleston-Los Angeles, via Oklahoma City (pour que le Boeing 787-9 fasse des tests supplémentaires), au terme d'un vol de convoyage qui s'est réalisé dans une ambiance très détendue et "familiale". 

Ce premier Boeing 787-9 "Tahitian Dreamliner" va être mis en service commercial le 7 novembre entre Los Angeles et Auckland (Nouvelle-Zélande). Le deuxième exemplaire arrivera en janvier 2019, le troisième en mai 2019 et le quatrième en août 2019. Les deux premiers appareils sont livrés via le loueur ALC (Air Lease Corporation et les deux autres seront reçus en pleine propriété par Air Tahiti Nui). "Le premier Airbus A340 (loué auprès d'ILFC) sera rendu en novembre", explique Mathieu Bechonnet, directeur général de la compagnie Air Tahiti Nui. "La ligne Paris-Los Angeles-Tahiti continue pour l'instant à être exploitée en A340 et devrait accueillir le Boeing 787-9 (donc le deuxième exemplaire) à partir du mois de mars", précise-t-il. 

Au delà des économies de carburant (29 000 tonnes de carburant en moins annuellement), le Boeing 787-9 permettra de gagner 45 minutes sur le temps de vol Paris-Tahiti. Il va surtout proposer une toute nouvelle configuration tri-classe, avec l'introduction de la premium economy Moana. Au total, le Boeing 787-9 comprendra 294 sièges décomposés comme suit. La classe affaires (Poerava) proposera 30 sièges full flat transformables en lits à 180°, d'une longueur de près de 2 mètres, configurés en 2-2-2. Le siège est conçu par Rockwell Collins (Parallel Diamond). La Premium economy, équipée avec le siège Z535 de Zodiac Aerospace (32 au total) sera configurée en 2-3-2, avec un pitch de 96,5 cm et une inclinaison de 20 cm. La classe économie sera composée de 232 sièges Z300 de Zodiac Aerospace en 9 de front (3-3-3), avec une assise articulée et une inclinaison du dossier à 15 cm. Enfin, l'IFE sera fourni par Panasonic, avec le système eX3.  

Pour Air Tahiti Nui, le passage de l'Airbus A340, quadrimoteur d'ancienne génération, au Boeing 787-9 bimoteur de toute nouvelle génération, bardé de nouveautés technologiques, est une véritable révolution, sur laquelle Air&Cosmos aura l'occasion de revenir dans son édition papier. Ne serait-ce que pour la requalification des pilotes, la transformation de la flotte d'Air Tahiti Nui est un tour de force compte tenu de la taille réduite de la compagnie pour ne pas que la transformation de la flotte ait une incidence sur les opérations de la compagnie polynésienne. Air Tahiti Nui doit en effet procéder progressivement car quand un pilote est requalifié sur un nouvel avion, il ne peut pas revenir en arrière. "Le temps que la transformation soit achevée, nous allons donc travailler avec deux secteurs de vol, où les nouveaux pilotes qualifiés pour les Boeing 787-9, cotoieront les pilotes des Airbus A340 qui n'auront pas encore fait le changement", explique Raymond Topin, directeur délégué à l'Exploitation chez Air Tahiti Nui. "Nous avons constitué un noyau dur de quatre pilotes qui ont travaillé avec deux instructeurs de la compagnie Air Austral, qui est chronologiquement le premier exploitant sur réglementation française du Boeing 787-9". Les quatre premiers pilotes ont suivi une formation théorique sur des simulateurs Boeing à Singapour pendant deux mois et ont été accueilli chez Air Austral pendant deux mois et demi pour effectuer 25 vols chacun pour se familiariser avec le nouvel avion. "Mais quand un pilote a sa nouvelle qualification, il n'est pas encore "lâché", explique Raymond Topin. Il doit encore effectuer dix vols AEL (Adaptation en ligne) avec des instructeurs, au terme desquels il devient pilote junior sur le nouvel appareil. Il doit encore faire dix vols supplémentaires pour totalement achever sa nouvelle formation", précise-t-il.

Jean-Baptiste HEGUY, à Charleston (Caroline du Sud) et Los Angeles (Californie).    

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.