Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aviation Civile Actualité Avions commerciaux Actualité Compagnies aériennes

Air Canada signe ferme pour 61 Boeing 737 MAX

Ryanair veut la version haute densité à 200 sièges du Boeing 737 MAX-8 © Boeing

Air Canada vient de transformer en contrat ferme sa lettre d'intention signée en décembre 2013 (cf. A&C n° 2387) et portant sur l'achat de 61 Boeing 737 MAX se répartissant en 33 Boeing 737 MAX 8 et 28 Boeing 737 MAX 9. S'ajoutent 18 options et 30 droits d'achat. Montant du contrat : 6,5 Md$, prix catalogue. Ce qui fait à terme 109 appareils destinés à remplacer progressivement le parc d'Airbus A320/A321 actuellement en service au sein de la compagnie.

Mais paseulement. Car les moyen-courriers Airbus sont moins de 50. Les Embraer 190 seront donc aussi remplacés par les 737 MAX. D'ailleurs, l'une des clauses du contrat passé par Air Canada stipule bien la reprise de vingt des 45 Embraer 190 par Boeing. Air Canada, client historique d'Airbus qui avait pris la place de McDonnell Douglas, a donc décidé de passer chez Boeing.

Il est possible que la décision d'Air Canada fasse "jurisprudence" dans les années à venir. Airbus n'est plus le challenger et ses positions acquises chez certains transporteurs pourront à leur tour être remises en question, comme c'est toujours le cas chez Boeing. D'autant que le choix en faveur de ce dernier s'inscrit dans une stratégie plus large de rationalisation de la flotte d'Air Canada.

Le transporteur s'oriente manifestement vers une flotte tout Boeing pour ses avions de 130 à 400 sièges. Le choix en faveur du 737 MAX complète celui qui a été fait sur le long-courrier en faveur des Boeing 777-300ER et 787, il y a quelques années. Et là encore au détriment d'Airbus et notamment des A340-300/500. Air Canada en a compté jusqu'à 15 exemplaires en flotte, remplacés par des 777.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir
  1. Simon Perrault
    le 06/06/16 à 07h03

    Rien de bien surprenant pour notre transporteur national qui a toujours manifesté une préférence pour les appareils conçus chez l'Oncle Sam. Mais cette commande soulève des inquiétudes à propos de l'achat des 45 exemplaires du CSeries dans sa version allongée CS300. Et le gouvernement libéral du premier ministre Justin Trudeau n'a pas encore mis un $ pour aider Bombardier tandis que le gouvernement du Québec s'est déjà engagé à verser 1,3 milliard ($CAN) dans le développement de la C Series.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.