Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aviation Civile

Air Berlin bat de l’aile, Ryanair crie au complot

Air Berlin © Air Berlin

Ça sent la fin pour Air Berlin. Son actionnaire majoritaire, Etihad (29,2%), a décidé, comme il l’avait fait pour Alitalia, d’arrêter de renflouer les compagnies dont il a fait l’acquisition. Après une dernière injection par Etihad de 250 millions d’euros dans Air Berlin, cette dernière perd encore quelque deux millions d’euros par jour et a été contrainte de demander l’ouverture d’une procédure d’insolvabilité sur laquelle le tribunal devra statuer dans les jours à venir.

Entretemps, alors que les élections allemandes approchent, Angela Merkel a octroyé un crédit-pont de 150 millions à la compagnie afin de lui donner un peu d’air pour les deux prochains mois. Ce crédit pont ne devrait rien couter au contribuable car serait repris par le repreneur potentiel et les candidats ne manquent pas pour prendre pied sur le lucratif marché allemand.

TUI avait déjà manifesté son intérêt pour la reprise des activités touristiques. Les négociations ont été rompues, mais la nouvelle donne pourrait le relancer. EasyJet pourrait aussi marquer son intérêt. Lufthansa, quant à elle, a pris récemment en location 33 avions moyens courrier d’Air Berlin qu’elle a attribué à sa filiale Eurowings. Mais la compagnie allemande pourrait en vouloir plus et pourrait être intéressée par la reprise d’activités d’Air Berlin en vue de récupérer de précieuses parts de marché.

Autant de mouvements qui ne plaisent guère à Ryanair qui y voit un complot de Lufthansa, Air Berlin et le gouvernement allemand en vue de renforcer la position déjà dominante de Lufthansa sur le marché allemand. La compagnie irlandaise a déposé plainte devant les autorités de la concurrence allemande et européenne, soulignant une « conspiration évidente destinée à permettre à Lufthansa de reprendre une compagnie sans avoir à payer les dettes ». Ryanair craint simplement de se voir exclue du marché allemand dont les slots – précieux sur certains aéroports tels que Dusseldorf, Munich et Francfort – pourraient être verrouillés par Lufthansa.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.