Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aviation Civile Actualité Formation Actualité transport aérien

AATC de Singapour : deux simulateurs en plus en 2018

Le commandant Yann Lardet, directeur général de l'AATC © Airbus

L'Airbus Asia Training Center (AATC) de Singapour, une co-entreprise contrôlée à 55% par Airbus et 45% par la compagnie Singapore Airlines continue sa montée en puissance. 

Le centre de formation PNT, qui a mobilisé un investissement de 100 millions d'euros, a débuté ses opérations en avril 2016 et il est situé dans le quartier aéronautique Seletar Aerospace Park. Il s'étend sur une surface de 9 250 m2 et possède déjà six simulateurs (deux A330, deux A350 XWB, un A380 et un A320) qui fonctionnent 24h/24. Dans les dix huit mois, il devrait réceptionner deux simulateurs supplémentaires (un A320 et un A350) et gardera encore deux baies disponibles pour d'autres simulateurs. Quand il sera pleinement opérationnel en 2019, l'AATC sera le plus important de tous les centres de formation PNT Airbus dans le monde. Il dispose pour l'instant de 26 instructeurs et 35 personnels de support et pourrait passer avec les deux simulateurs supplémentaires à 40 instructeurs. L'AATC travaille pour l'instant avec 44 compagnies dans le monde. En plus des simulateurs, il dispose aussi de six APT ("Airbus Pilot Transition"), des outils hybrides de formation qui ne sont pas tout à fait des simulateurs en tant que tels (2 A320, 1 A330/340, 2 A350 XWB, 1 A380). Il peut recevoir 10 000 stagiaires, annuellement. 

"En plus des cinq centres existants à Toulouse, Miami, Mexico City, Beijing et Singapour, une nouveau centre de formation va ouvrir à New Delhi en 2018. Nous avons aussi des "training presence" (des instructeurs présents sans un centre de formation proprement dits) à Dubaï et à Séoul", explique Yann Lardet, directeur général de l'AATC. 

Airbus prévoit que le trafic passagers devrait augmenter de 5,6% annuellement dans la région Asie-Pacifique dans les 20 prochaines années, avec une flotte globale qui devrait passer de 6 100 appareils actuellement à 17 000 dans 20 ans. 

 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.