Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Hélicoptères militaires

A bord du Dixmude : Avec les Wildcat sur le BPC

Deux Wildcat sont embarqués à bord du Dixmude. © E. Huberdeau

Air & Cosmos a embarqué à bord du BPC Dixmude de la Marine Nationale pour vous faire suivre le début de la mission "Jeanne D'arc" 2018. Découverte aujourd'hui du détachement d'hélicoptères britanniques composé de deux AW159 Wildcat.

La présence d'un détachement de Wildcat britanniques est l'une des principales nouveautés de la mission "Jeanne d'Arc" 2018 se déroulant à bord du bâtiment de projection et de commandement Dixmude (BPC). Ces hélicoptères opèrent aux côtés des deux Gazelle du 5e Régiment d'Hélicoptères de combat de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre (ALAT). Une Alouette III de la Marine participe aussi à la mission.

Le détachement britannique est assez original. Ses deux hélicoptères Wildcat appartiennent à l'Army (Armée de Terre) mais les équipages sont issus de la Royal Navy et des Royal Marines et sont des spécialistes des opérations amphibies.

Les deux appareils sont des AW159 Wildcat Mark 1 qualifiés de "Battlefield reconnaissance helicopter". Des appareils qui sont donc en version terrestre (mais adaptés à l'emploi en mer) et qui sont conçus pour l'appui des opérations à terre. Contrairement aux AW159 Mark 2 de la Royal Navy, les Mark 1 du "847 Naval Squadron" du "Helicopter Commando Force" ne sont équipés ni d'un radar de surveillance maritime ni d'un sonar trempé. Ils embarquent cependant un système d'autoprotection et une boule optronique Wescam MX15. 

La mission principale de ces Wildcat est la reconnaissance. Dans le cadre d'opérations amphibies, ils peuvent décoller depuis un porte hélicoptères pour survoler la zone de débarquement et recueillir du renseignement. Dans ce cas, ils opèrent habituellement à deux pour s'appuyer mutuellement. Les Widlcat peuvent aussi servir pour diriger des tirs d'artillerie ou des frappes aériennes en embarquant un contrôleur aérien avancé. Leurs missions secondaires comprennent l'appui feu avec une mitrailleuse de 12,7 mm ou un sniper, le transport de troupe, le sauvetage en mer (ils sont dotés d'un treuil), la surveillance maritime avec un système AIS ou encore le transport de matériel sous élingue.

Les Wildcat Mark 1 du 847 Naval Squadron ont été déployés l'an dernier à bord du porte hélicoptères HMS Ocean mais peuvent aussi opérés ponctuellement depuis une frégate.

L'embarquement de ces machines relativement neuves (opérationnelles depuis 2015) va permettre aux français de découvrir les capacités de ces appareils qui n'ont pas véritablement d'équivalent dans l'armée française (il existe des appareils comparables en terme de capacités mais aucun n'est utilisé ainsi, spécifiquement pour le soutien des opérations terrestres depuis la mer). L'an dernier le Royaume-Uni avait déployé des hélicoptères de manoeuvre Merlin, eux aussi spécialistes des opérations depuis la mer, au sein de la mission "Jeanne d'Arc". Britanniques et français peuvent ainsi approfondir leurs connaissance réciproque dans le domaine des opérations amphibies. 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.