Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Applications Actualité Espace

16 milliards pour l’espace européen ?

L'Europe de la Défense se dessine de plus en plus avec l'approbation du Fonds de Défense et du Plan de Capacités. © European Commission

Préparant le prochain budget communautaire, la Commission européenne propose de consacrer 16 milliards d'euros à la filière spatiale, en particulier aux programmes Galileo/Egnos et Copernicus.

La Commission européenne planche actuellement sur le prochain budget de l’Union européenne, pour la période qui court de 2021 à 2027. Pour les activités spatiales, elle ne manque pas d’ambition, proposant de lui consacrer pas mois de 16 Md€.

L'essentiel doit aller aux systèmes mondial et régional de navigation par satellite, Galileo et Egnos (9,7 Md€), ainsi qu'au programme Copernicus d'observation de la Terre (5,8 Md€). Le restant, soit 500 M€, doit servir à mettre au point de « nouveaux composants de sécurité » en matière de surveillance de l'espace : collisions, rentrées d'objets spatiaux dans l'atmosphère, dangers liés à l'activité solaire...

La proposition présentée s'appuie sur la stratégie spatiale pour l'Europe d'octobre 2016, et sur la stratégie industrielle présentée par le président Juncker dans son discours sur l'état de l'Union en septembre 2017.

 

Satisfecit.

L’Agence spatiale européenne, qui met en œuvre les programmes spatiaux européens décidés à Bruxelles, s’est aussitôt réjouit de cette proposition, dévoilée le 7 juin dans un communiqué de presse de la Commission : « Elle va donner plus de poids à l’Europe spatiale et imprimer un nouvel élan aux activités dans ce domaine ainsi qu’à leur diffusion dans différents secteurs en Europe. (…) Les intérêts de tous les protagonistes, à savoir l’UE/CE, l’ESA et leurs États membres respectifs, ont été dûment pris en compte. (…) Face à l’intensification de la concurrence et au changement de paradigme dans l’industrie spatiale, l’Europe doit plus que jamais se montrer unie pour rester compétitive, conquérir son autonomie dans les domaines d’importance stratégique, garantir la sûreté et la sécurité et faire en sorte que ses citoyens recueillent les bénéfices socio-économiques des activités spatiales.

 

Encore deux ans de négociations.

Aussi ambitieux soit-il, ce budget n’est encore qu’une proposition, qu’il va probablement falloir défendre encore deux ans, d’ici l’adoption finale du budget global de l’UE, en 2020. D’où la conclusion du communiqué de la Commission sur le besoin de parvenir à un accord rapide, « de manière à garantir que les fonds de l'UE commencent à produire leurs effets le plus tôt possible. » Et de rappeler que « des retards semblables à ceux que nous avons connus au début de l'actuelle période budgétaire 2014-2020 mettraient en péril les investissements dans les activités spatiales de l'UE –Galileo, Egnos et Copernicus–, et retarderaient l'arrivée de nouveaux services. Les investissements dans les programmes spatiaux s'étendent sur plusieurs décennies et présentent de grands risques. Ils exigent que les décisions relatives à la gestion des programmes soient planifiées longtemps à l'avance. »

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.